Le professeur en arts, lettres et communication du Cégep de Chicoutimi Carlos Bergeron travaille à la création d’une bibliothèque québécoise en Inde.

Une bibliothèque outre-mer

Cet hiver, une cargaison de 1500 livres d’auteurs québécois entamera un long voyage. Durant deux mois et demi, ils navigueront de Montréal jusqu’en Inde, par bateau. Ces livres seront ensuite installés sur les rayons de la toute première bibliothèque québécoise en Inde du Sud, plus précisément à l’Université de Goa. Et c’est le professeur du Cégep de Chicoutimi et chargé de cours à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), Carlos Bergeron, qui se cache derrière ce projet. Un projet sur lequel il travaille depuis l’an dernier.

Professeur en arts, lettres et communication au Cégep de Chicoutimi et chargé de cours en littérature à l’UQAC, il est inutile de dire que Carlos Bergeon a toujours été plus que passionné par les oeuvres littéraires. À l’été 2017, M. Bergeron s’est envolé pour l’Inde, où il a animé un cours intensif sur l’histoire de la littérature québécoise à l’Université de Goa, qui a un département francophone. « Une étudiante avait fait son master sur l’oeuvre d’Anne Hébert, et je lui avais remis un livre dédicacé par l’auteure. J’avais déjà le projet de fonder une bibliothèque québécoise à Goa, mais cet échange avec l’étudiante a consolidé le projet, en quelque sorte », explique Carlos Bergeron.

Déjà, Carlos Bergeron a reçu de nombreux romans, mais il désire en réunir 1500 d’ici janvier.

L’idée de créer une bibliothèque québécoise outre-mer trottait dans la tête du professeur depuis de nombreuses années. « Je suis allé enseigner au Maroc il y a longtemps, et c’est à ce moment que j’en avais eu l’idée, mais ça n’avait finalement pas fonctionné. L’idée a ressurgi il y a un an. Cette fois-ci, le projet va se concrétiser. Je veux faire rayonner notre littérature en Asie, ce qui est assez unique », souligne le professeur. En effet, s’il existe déjà une petite collection d’oeuvres québécoises dans le nord de l’Inde, l’Université de Goa pourra maintenant se targuer d’avoir le plus important centre de ressources sur les études québécoises du pays.

Le projet va bon train, même si Carlos Bergeron travaille d’arrache-pied à réunir une collection de 1500 ouvrages. « J’ai contacté tous les éditeurs du Québec et j’ai une très bonne réponse. Des particuliers m’offrent aussi des livres. Pour le moment, je dois en avoir entre 700 et 800. J’ai reçu des objets très intéressants de maisons d’édition et d’auteurs également, comme un livre d’or de Dany Laferrière et une aquarelle de Michel Tremblay. Je pense organiser un encan pour ces objets plus rares, afin d’amasser les fonds dont j’ai besoin pour l’expédition des livres par bateau », explique le professeur, qui compte donner une place aux auteurs des Premières Nations également. C’est que M. Bergeron est d’origine innue, ses ancêtres venant de Mashteuiatsh.

L’équipe du département de littérature de l’Université de Goa, en Inde, attend la concrétisation du projet avec impatience.

« Lorsque je suis allée en Inde, j’expliquais aux étudiants que j’étais un Indien, et ils avaient bien de la difficulté à comprendre ! , raconte-t-il, en riant. C’est important pour moi de donner une visibilité aux auteurs autochtones d’ici. Il y aura un rayon dédié à leurs oeuvres en Inde. »

La maison d’édition Alire, notamment, a fait parvenir au professeur toute une collection de romans d’horreur, incluant ceux de Patrick Senécal. « Il y aura une très belle diversité, que ce soit des polars, des livres pour enfants ou même des films. La bibliothèque s’adressera aux étudiants de l’Université de Goa, mais j’aimerais beaucoup qu’elle puisse être accessible à monsieur et madame Tout-le-monde. Étant donné qu’il y a un département francophone là-bas, plusieurs sont à l’aise avec le français », note Carlos Bergeron.

Aidé par sa complice Louise Nolin, le professeur compte s’impliquer du début à la fin. Il veut placer lui-même les livres sur les étagères, une fois qu’ils auront traversé le globe. Un local baptisé Espace Québec sera également inauguré, à l’été 2019, toujours à l’Université de Goa.

Carlos Bergeron récolte toujours les livres qui devraient « prendre le bateau » en janvier. Il amasse également les dons en argent, grâce à une fiducie. D’ailleurs, une plaque commémorative sera installée dans la bibliothèque, avec le nom de tous les donateurs.

Pour de plus amples renseignements sur le projet, vous pouvez visiter la page Facebook La Bilbiothèque québécoise de Goa, écrire à Carlos Bergeron au carlosbergeron@cegep-chicoutimi.qc.ca ou lui téléphoner au 418 549-9520, poste 1239.