Dissection explore les variations poétiques sur le thème de la dissection

Un spectacle qui explore le malaise présenté au FIAMS

Dissection porte très bien son nom. Pendant une demi-heure, l’artiste Julie Desrosiers, accompagnée du musicien Raphaël Néron, a convié le public à des variations sur le thème de la dissection. Littéralement.

Dans une petite salle intime pouvant contenir une soixantaine de personnes, la Salle polyvalente de la bibliothèque de Jonquière, le duo de la compagnie de théâtre Chantiers a livré, mercredi, une performance au rythme lent, évoluant au son d’une musique lourde, qui se plaisait à créer le malaise chez le spectateur.

Chacun dans une étroite tente blanche, les deux artistes ont présenté un spectacle inquiétant et étrange, qui en était à sa première mondiale.

La dissection s’est déclinée principalement de trois manières. On a d’abord vu celle que pratique le chasseur qui a attrapé un animal et qui l’éviscère. Julie Desrosiers commence le spectacle en traînant lentement un faux corps sur une bâche. Elle y sort méticuleusement des entrailles faites dans des matériaux qui semblent provenir de la forêt.

L’artiste y est allée de sa propre dissection.

La pièce se termine par un pêcheur qui vide son poisson. Accompagnée de projections plutôt sanglantes sur la tente dans laquelle elle se trouvait, Julie Desrosiers a baigné un poisson dans un aquarium plein d’eau.

Entre les deux, l’artiste a procédé à sa propre dissection, enlevant méthodiquement le contenu de son estomac. On y retrouvait un parchemin, un sac et un fruit qui semblait être une pomme dans laquelle elle a croqué à pleines dents.

L’ensemble, que l’on décrit comme une recherche « sonore, visuelle et performative », était à la rencontre de plusieurs disciplines artistiques.

À la sortie de la salle, les avis des spectateurs étaient partagés et diamétralement opposés. Les plus aventureux avaient apprécié l’audace de la proposition, alors que ceux qui avaient choisi cette oeuvre sans trop savoir à quoi s’attendre avaient été gagnés par le malaise omniprésent dans cette œuvre sombre.

Un musicien était caché derrière cette toile sur laquelle on projetait des images.

Pour les adultes avertis, une deuxième représentation de Dissection aura lieu jeudi, à 19 h 30, à la bibliothèque de Jonquière, dans le cadre du Festival international des arts de la marionnette à Saguenay (FIAMS).