L’auteur François Drolet lance un premier roman avec les éditions Vivat intitulé L’Imprimeur.

Un roman pour François Drolet

Après avoir publié quatre recueils de poésie, l’écrivain saguenéen, François Drolet, lance un premier roman avec les éditions Vivat intitulé L’Imprimeur. Ce roman d’aventures à saveur historique et mystique plonge le lecteur dans une fascinante saga qui se déroule de Bonaventure jusqu’à Kénogami.

À l’époque de la Révolution tranquille, Christophe Lespérance accepte l’invitation du franc-maçon Michel de Grandmaison qui lui propose de devenir imprimeur et chroniqueur d’un journal en Gaspésie. 

Ce dernier ne se contente pas d’être le témoin de cette révolution. Guidé par son maître à penser, il étendra son champ de connaissances, ce qui lui permettra ainsi de saisir les enjeux mondiaux et de maîtriser des facultés dont il ignorait l’existence. De la Gaspésie, il se retrouvera à Kénogami où il vivra une série d’aventures palpitantes. Avec l’aide d’un ami et de son amoureuse, Christophe devra combattre, au péril de sa vie, une secte satanique en émergence au Saguenay. 

Écriture nouvelle 

À la retraite depuis à peine un an, François Drolet désirait affronter de nouveaux défis. S’engager dans la voie du roman amène certaines nouveautés, selon l’écrivain. « Un roman nécessite davantage de temps et d’efforts. Toutefois, l’écriture de ce livre était passionnante. J’ai inventé l’histoire du début à la fin. Elle m’apparaissait réelle tellement j’y pensais. De plus, les idées me venaient de partout, de mon épouse, de mes collègues et de mon quotidien », raconte François Drolet. 

Amorcée dès le début de sa retraite, l’écriture du roman a été réalisée en seulement quatre mois. Le 10 décembre dernier avait lieu le lancement de L’Imprimeur à la bibliothèque de Jonquière. Au total, 71 personnes étaient présentes, au grand plaisir de l’écrivain. « J’étais assez surpris. Il s’agissait du meilleur lancement de ma carrière », affirme l’auteur. 

François Drolet reçoit d’excellents commentaires de la part de lecteurs enthousiastes, depuis la parution du roman. « L’histoire est accessible pour tous. Elle comporte de nombreux dialogues et surtout beaucoup d’action. Il ne s’agit pas d’une littérature difficile à comprendre, c’est très chronologique. J’ai effectué de nombreuses recherches afin de bien comprendre l’époque de la Révolution tranquille et le mouvement satanique dans un Kénogami des années 60. »

« Les Saguenéens peuvent facilement se retrouver à travers l’histoire et ses lieux. Je souhaitais laisser un souvenir de l’Usine Kénogami à mes lecteurs. Celle qui est présentement en train de mourir. De plus, j’ai grandement été inspiré par un de mes oncles. Il travaillait à la papeterie de Kénogami, c’était un homme à la fois mystérieux et très cultivé », annonce l’écrivain. 

L’écrivain s’est déjà mis à l’écriture de la suite du roman. Celle-ci devrait sortir au printemps prochain. 

Clan des mots

Il n’y a rien de plus occupé qu’un retraité. L’horaire de François Drolet correspond parfaitement à l’expression. En plus d’écrire la suite de L’Imprimeur, il continue d’animer avec sa compagne, Louise Côté, le Clan des mots au Côté-Cour une fois par mois. 

D’autre part, il entreprend l’écriture d’un scénario de film et d’une pièce de théâtre. « Je suis à la retraite, mais je m’occupe quotidiennement », souligne-t-il.