Stéphanie Gervais est devenue la première auteure québécoise à publier un livre de la série Frissons.

Un roman Frissons «sang pour sang» d'ici

Vous vous souvenez de la série Frissons ? Ces romans jeunesse extrêmement populaires dans les années 90 ? Après avoir réédité au cours des dernières années certains des romans de la série, les éditions Héritage ont décidé de proposer un tout nouveau titre, le premier écrit par un auteur québécois, et c’est à la Jonquiéroise Stéphanie Gervais que le mandat a été confié.

Stéphanie Gervais est devenue l’auteure du tout premier roman Frissons « sang pour sang québécois » et la première auteure à écrire un nouveau numéro de la série depuis des années. « Les livres de la série Frissons étaient publiés par les éditions Héritage, mais ils étaient tous écrits par des auteurs américains. C’est la première fois qu’il confie l’écriture d’un titre à un Québécois », confirme Stéphanie Gervais.

Les bases de Route 175 traînaient dans le tiroir de Stéphanie Gervais depuis sept ans. Lorsqu’on lui a parlé de la possibilité d’écrire un Frissons, elle a ressorti l’écrit puis l’a retravaillé afin qu’il réponde aux caractéristiques de la série. « La route du parc m’a toujours inspirée. Il n’y a rien pendant des kilomètres. C’est un lieu intéressant pour du suspense. J’ai arrangé l’histoire pour qu’elle convienne aux 10 ans et plus, explique l’auteure. Frissons, c’est des rebondissements, de l’action, du suspense, du mystère. Il faut avoir peur, être juste assez stressé. »

Route 175 raconte l’histoire de Clara, une jeune fille qui, pour aller rejoindre son frère à Québec, traverse le parc en compagnie d’un étranger, le soir, en pleine tempête. « Le conducteur est de plus en plus étrange et quelqu’un semble les épier dans les bois », raconte l’auteure. Le livre a été publié au printemps. « Les ventes vont très bien. Trois mille copies ont été imprimées. Le livre est déjà en réimpression. Je suis fière de l’histoire. » Jusqu’à maintenant, l’auteure assure que les commentaires reçus sont très positifs. « Les jeunes m’écrivent et me demandent si j’en écrirai d’autres. Les gens de la région aiment aussi que l’histoire se passe ici. »

Stéphanie Gervais a déjà un second roman de la série en route. L’intrigue du livre, qui paraîtra en octobre, se déroulera au Lac-Saint-Jean. « Ça va se passer dans un village fantôme où des jeunes vont camper. La forêt m’inspire. » La possibilité d’écrire un troisième Frissons flotte aussi dans l’air.

Stéphanie Gervais publiera sous peu le cinquième tome de la série Les aventures d’Olivier et Magalie.

+

LE CONTE DE FÉES D'UNE AUTEURE DE SUSPENSES

Stéphanie Gervais écrit des intrigues, du suspense, de l’aventure et des ouvrages pédagogiques utilisés dans les écoles. Pourtant, sa vie d’auteure ressemble davantage à un conte de fées. Ses écrits suscitent l’intérêt à un point tel qu’en moins de sept ans, elle a publié 36 écrits. Tout ça, en plus d’être enseignante, animatrice pédagogique, rédactrice, chargée de projet en édition... et maman de trois jeunes enfants. 

Stéphanie Gervais a étudié en sciences. Enseignante au secondaire en sciences et technologies, elle se passionne depuis longtemps pour la littérature. Il y a quelques années, la Jonquiéroise a choisi de jumeler ses deux passions, notamment en intégrant la science dans des écrits. En 2011, elle a publié un premier cahier d’activités pour enfants. En 2014, son premier roman apparaissait sur les tablettes. «Aujourd’hui, j’ai 36 publications», affirme la jeune trentenaire, encore surprise. 

«C’est un feu roulant. Je capote. Tout ça m’enflamme. Et même lorsque je dors peu parce que j’écris une partie de la nuit, je me lève de bonne humeur. Ça me donne de l’énergie», assure celle qui doit jumeler tout ça à la vie de famille avec son conjoint et ses enfants de 3, 5 et 7 ans. 

Stéphanie Gervais a publié son premier roman aux Éditions de la Paix. Elle assure que ça lui a servi de tremplin. «Ç’a pris quatre ou cinq ans avant que je trouve une maison pour publier mon premier écrit. Ensuite, quand j’ai proposé mon second livre, ç’a aidé d’avoir déjà publié.» 

Effectivement, les choses se sont ensuite déroulées rondement pour l’auteure. «Quand j’ai écrit La créature du marais, le premier tome de la collection Les aventures d’Olivier et Magalie, j’ai envoyé un courriel avec le synopsis chez Dominique et compagnie, même si le site Internet précisait que la maison d’édition ne recevait pas les propositions. Dans l’après-midi, on m’a demandé d’envoyer le manuscrit. Trois jours plus tard, on confirmait qu’on allait publier le livre», s’étonne encore la jeune femme. 

Depuis, les projets se sont succédé à un rythme fou. 

Le cinquième tome de la série Les aventures d’Olivier et Magalie sortira en septembre. La série, qui fait partie de la collection Roman noir de Dominique et compagnie, propose des histoires aux intrigues bien présentes pour les jeunes de 7 à 11 ans. Les histoires sont inspirées d’événements vécus par l’auteure, lorsqu’elle était enfant .

«Le premier tome, La créature du marais, est inspiré de nos aventures, à mon frère et moi, au chalet de mes grands-parents. J’ai de beaux souvenirs liés aux aventures vécues là-bas. Ce n’est rien d’épeurant. Le lecteur a juste hâte de voir ce qui va arriver. C’est un roman d’aventure, de suspense et de mystère», décrit-elle, soulignant que le livre propose aussi un certain retour aux sources, en mettant en scène des enfants qui vivent des aventures en jouant dehors. 

Le dernier né de la série, Le diable des montagnes est sur les tablettes depuis février. Un sixième tome est aussi en écriture.

Stéphanie Gervais caresse encore plusieurs autres projets. Elle a une série en tête à développer et la parution d’un troisième livre de la série Frissons est envisagée. Elle poursuit également la production de matériel didactique pour enfants. Elle offre aussi toujours un service d’animations pédagogiques aux jeunes des Centres de la petite enfance et des garderies, ainsi qu’aux élèves des écoles primaires et secondaires.

Le public pourra aller à sa rencontre dans le cadre du prochain Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean, à l’automne.