En soirée, François Léveillé était attendu dans le chapiteau ComédiHa!

Un retour envisageable pour le Festival du rire de Saguenay

Le Festival du rire de Saguenay pourrait bien être de retour l'an prochain sous la forme qu'on l'a connu, du moins si on se fie au succès et à la réaction des gens qui ont visité le décor éclectique installé sur la Zone portuaire de Chicoutimi.
Le deuxième « show mystère » du Festival du rire de Saguenay, présenté samedi, a mis en vedette l'humoriste Olivier Martineau.
Un éclairage comme on en voit jamais à la Zone portuaire, des longues flammes qui servent de lampes, un immense foyer où les gens peuvent s'installer, à jaser ou tout simplement profiter du moment, et comme point d'exclamation, le chapiteau ComédiHa ! où de nombreux humoristes font courir les foules. 
Voici une recette gagnante, mais surtout nouvelle que la population n'avait jamais réellement eu la chance de goûter. « On est très satisfait de la réponse du public, mais on est également très surpris de la réaction des gens, a souligné d'entrée le président et fondateur de ComédiHa ! , Sylvain Parent-Bédard. Les gens viennent nous voir pour nous dire qu'on a transformé la Zone portuaire, en créant une expérience unique et ludique. Tout le monde embarque dans l'expérience du paysage qu'on leur a proposée, sans parler de la qualité et de la diversité des spectacles. »
Interrogé alors que la première édition du Festival du rire de Saguenay n'était même pas encore terminée, le dynamique homme d'affaires ne pouvait confirmer si une deuxième édition allait être présentée en terre saguenéenne. Il pouvait toutefois constater par lui-même le succès, ce qui lui donne espoir pour l'an prochain.
« Il est trop tôt pour donner une réponse, mais celle positive du public me permet d'envisager un retour, a signalé Sylvain Parent-Bédard. On veut analyser les différents éléments avant de prendre une décision, mais disons qu'on a reçu des ondes positives. »
M. Parent-Bédard a fait savoir que le décor unique du festival avait germé du festival The Fringe d'Édimbourg, en Écosse. Le concept a été adapté à la sauce québécoise, et le public a pu faire une saucette au cours des trois derniers jours à Chicoutimi.
Olivier Martineau ne déçoit personne
C'était déjà prévu, François Léveillé était attendu dans le chapiteau ComédiHa ! à 22 h samedi, suivi du « show XXX » animé par Mike Beaudoin à 23 h 30. Mais à 20 h 30, un autre « show mystère » était offert. Après Guillaume Wagner vendredi, Olivier Martineau était l'humoriste « inconnu » de samedi. Et il n'a déçu personne.
« Ça fait mal hein, trouver ça drôle et être mal à l'aise en même temps ? », a demandé Martineau après une de ses blagues qui ne laissent personne indifférent. Cette question lancée à un public captif représentait parfaitement le genre de soirée qu'il offrait. Des gags sans aucune retenue, sans la moindre crainte de froisser qui que ce soit. Pendant un peu plus d'une heure, Olivier Martineau a enchaîné les déclarations incendiaires contre tout et rien en même temps, des vendeuses aux chats, en passant par les végétariens et les écureuils, qu'il a décrits comme des « rats habillés chic. »
Sous un air frustré, on voyait un humoriste qui se faisait un plaisir fou à tirer à gauche et à droite. 
« J'étais venu ici pour donner un spectacle, mais j'ai finalement fait le party avec des amis donc ç'a valu la peine de faire huit heures de char pour me rendre à Chicoutimi », a-t-il lancé en toute honnêteté, une honnêteté teintée d'un sarcasme qui lui colle bien.
Un honneur
Producteur délégué du Festival du rire de Saguenay, Robert Hakim n'en revenait pas de la transformation réussie de la Zone portuaire ni du succès affiché par l'événement. Il a salué le professionnalisme de l'équipe du ComédiHa ! , ajoutant qu'il allait de nouveau lever la main si l'organisation décide de revenir l'an prochain et de demander un coup de main à Hakim et son équipe.
« Je suis impressionné par la qualité de l'événement et la réponse du public, a soutenu Robert Hakim. Il faut également souligner que les retombées économiques reviennent directement à la région, puisque l'organisation du festival a fait preuve d'un très grand respect en sollicitant des gens d'ici pour assurer le succès. Pour nous, c'est très important comme geste. »