Mononc’ Serge a permis au Bistro de L’Anse de tenir son premier spectacle de la saison, le 24 juillet. Cet événement a si bien fonctionné que d’autres pourraient suivre en août et en septembre.
Mononc’ Serge a permis au Bistro de L’Anse de tenir son premier spectacle de la saison, le 24 juillet. Cet événement a si bien fonctionné que d’autres pourraient suivre en août et en septembre.

Un premier test réussi au Bistro de L’Anse grâce à Mononc’ Serge

Il n’est pas rare que le Bistro de L’Anse présente une vingtaine de spectacles au cours de l’été. Cette année, le nombre avait été ramené à 12 pour cause de rénovations, mais c’était avant le début de la crise sanitaire. Du coup, tous les projets de diffusion ont été mis sur la glace, une politique qui a prévalu jusqu’au 24 juillet, jour où un premier artiste, Mononc’ Serge, s’est produit en solo à L’Anse-Saint-Jean.

«Nous avions opté pour une formule souper-spectacle et les places étaient vendues par groupes de deux ou quatre. Même si les billets coûtaient 75 $, les 50 qui étaient disponibles se sont envolés en l’espace de 36 heures», a raconté Christian L’Italien, responsable de la programmation, au cours d’une entrevue accordée au Quotidien.

Pour accommoder ces gens, tout en respectant les consignes, il fallait tenir l’événement à l’extérieur de la salle. C’est donc sur la galerie que le chanteur s’est amené avec sa guitare, tandis que le public était rassemblé sur la terrasse. Personne ne pouvait se déplacer avant la fin de la soirée, mais tous ont collaboré de bonne grâce.

«Ça nous a fait un bien extraordinaire de retomber dans la normalité en répondant à un besoin de culture avec un artiste majeur. La clientèle provenait du Saguenay, du Lac-Saint-Jean et de l’extérieur de la région. Ça ressemblait au genre de foule que nos spectacles attirent», rapporte Christian L’Italien.

Comme il a fait beau, en prime, cet événement fut une réussite sur toute la ligne. Le test a été passé, en quelque sorte, ce qui laisse entrevoir des possibilités intéressantes d’ici à la fin de septembre. Ce serait d’autant plus approprié que l’adoucissement des restrictions portera bientôt le nombre de places à 60.

«Chaque siège additionnel est important, pour nous et aussi pour les artistes, à qui nous souhaitons offrir le meilleur cachet possible. Comme nous voulons tenir d’autres spectacles dans les deux prochains mois, nous contacterons bientôt les agences. Nous verrons s’il y a moyen d’organiser des choses en tenant compte de la nouvelle réalité», énonce Christian L’Italien.