Pierre-Olivier Rollin, directeur du BPS22 en Belgique, et Sébastien Harvey, directeur général du Centre Bang, ont de nombreux projets en tête dans le cadre du nouveau partenariat qui les unit.

Un partenariat renouvelé entre le Centre Bang et la Belgique

Le Centre Bang et la Belgique renforcent les liens tissés dans les dernières années. Le centre d’art actuel saguenéen et le musée d’art belge BPS22 renouvellent leur partenariat de résidences internationales pour les quatre prochaines années, permettant ainsi à quatre artistes québécois et à quatre créateurs belges de vivre une expérience à l’étranger.

La signature d’un protocole d’accord aura lieu vendredi en fin d’après-midi, dans le cadre du vernissage de la nouvelle exposition collective Horizons présentée à l’Espace Séquence du centre d’art situé sur la rue Racine, au centre-ville de Chicoutimi.

Le moment est tout désigné pour cet exercice protocolaire auquel prendra part la présidente-directrice générale du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), Anne-Marie Jean, ainsi que la déléguée générale Wallonie-Bruxelles au Québec, Sharon Weinblum.

Le vernissage en question est en fait celui des trois artistes belges francophones en arts visuels et numériques qui ont visité en résidence le centre depuis 2017, a expliqué Anick Martel, coordonnatrice artistique au Centre Bang, tandis que les trois artistes finalisaient mercredi leur installation.

Il s’agissait ainsi d’une deuxième visite en sol saguenéen pour Maxence Mathieu et Philippe Braquenier, tandis qu’Hélène Petite complète sa résidence au centre d’art actuel.

« Un accord modèle »

Ce premier maillage entre le Centre Bang et le musée d’art belge BPS22 est le résultat d’un projet dont les balbutiements remontent à 2013, à l’occasion d’une mission de prospection. Le partenariat a ensuite pu se concrétiser grâce à la reconnaissance du Centre Bang comme résidence internationale de recherche-création par le CALQ en 2017.

La chimie entre le centre d’art saguenéen et le musée d’art situé à Charleroi, en Région wallonne, n’a depuis cessé d’opérer, si bien qu’il a été tout naturel pour les deux institutions de renouveler ce partenariat, a partagé Sébastien Harvey, directeur général du Centre Bang, rencontré en compagnie de Pierre-Olivier Rollin, directeur du BPS22 Musée d’art.

« C’est devenu un peu un accord modèle dans nos deux communautés », a souligné le directeur du musée provincial, qui passe la semaine dans la région en compagnie d’une délégation de trois représentants belges.

Huit résidences

Le nouveau protocole, que les deux gestionnaires prennent plaisir à surnommer L’Accord de Saguenay, permettra aux deux institutions d’accueillir chacune un artiste en résidence par année, pendant quatre ans, pendant une période de deux ou trois mois. Deux expositions doivent également voir le jour de chaque côté de l’Atlantique à la suite du travail des artistes qui seront sélectionnés grâce à un appel de candidatures.

Ces échanges internationaux permettront non seulement aux artistes québécois et belges francophones d’enrichir leur pratique, mais permettront également aux deux institutions de développer une synergie.

Sébastien Harvey souhaite notamment pouvoir s’inspirer des activités de médiation culturelle développées par le musée belge situé dans une ancienne usine, qui a une « manière de créer des activités autour des expositions pour essayer de faire développer l’expérience des publics ».

Pierre-Olivier Rollin s’intéresse pour sa part aux modèles de partenariats développés par le Centre Bang avec des entreprises et institutions régionales.