Jules Al-Simaani Goulet a ravi les oreilles du trompettiste de réputation internationale Paul Merkelo lors de son passage au quai de L’Anse Saint-Jean à la mi-juillet.
Jules Al-Simaani Goulet a ravi les oreilles du trompettiste de réputation internationale Paul Merkelo lors de son passage au quai de L’Anse Saint-Jean à la mi-juillet.

Un jeune pianiste attire l'attention du trompettiste Paul Merkelo

Denis Villeneuve, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Denis Villeneuve, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Un jeune pianiste âgé de 18 ans, Jules Al-Simaani Goulet, a attiré l’attention du grand trompettiste de réputation internationale, Paul Merkelo, alors qu’il a participé à la deuxième édition de la Halte gourmande organisée sur le quai de L’Anse Saint-Jean, il y a deux semaines.

Le jeune virtuose ayant des racines au Saguenay (il est le fils de l’ex-directeur de la station de ski du Mont-Édouard, Alain Goulet) a été invité à la mi-juillet par le Comité de développement touristique de L’Anse-Saint-Jean à effectuer une prestation musicale classique d’environ trois heures dans lequel il excelle déjà. C’est alors que M. Merkelo, de passage à L’Anse-Sant-Jean, a reconnu la qualité de la prestation et s’est approché du pianiste. « Je suis en première année de cégep et pour moi, le piano est un hobby et une passion. J’ai suivi des cours à raison d’une fois par semaine pendant trois ans avec une professeure du Cégep Saint-Laurent, Annie Morin. J’envisage de suivre d’autres cours avec une professeure qui a un parcours classique en la personne de Renée Gagnon », témoigne Jules Al-Simaani Goulet en entrevue au Quotidien.

Parlant de sa rencontre avec M. Merkelo, premier trompettiste de l’Orchestre symphonique de Montréal depuis 25 ans sous la direction de Kent Nagano, ce dernier s’est approché en le complimentant en anglais. « Lorsqu’il est arrivé près de moi, je voyais que ce n’était pas simplement un amateur. Je lui ai demandé comment il vivait la vie. Il m’a répondu qu’il était musicien à l’OSM et professeur à l’Université McGill ainsi qu’à la Music Academy of the West à Santa Barbara, en Californie. Lorsque j’ai su qu’il était un trompettiste, je lui ai proposé d’entendre un prélude de Rachmaninov. Je lui ai dit que je pouvais jouer une de mes compositions. Il a adoré. Il m’a demandé si j’étudiais la musique. Je lui ai dit que c’était un hobby. Il m’a conseillé d’en faire un métier », raconte le jeune homme.

Celui qui l’a conseillé et avec qui il s’est entretenu pendant une quinzaine de minutes sans trop connaître sa réputation musicale n’est pas n’importe qui puisqu’il est reconnu comme l’un des meilleurs trompettistes de la scène musicale internationale.

S’il est peut-être moins connu chez les néophytes, le trompettiste Paul Merkolo jouit d’une grande réputation à l’échelle internationale.

Selon les notes biographiques apparaissant sur le Web, M. Merkelo a amorcé sa carrière de trompettiste soliste au Rochester Philarmonic et au New Orleans Symphonic Orchestra (rebaptisé depuis Louisiana Philarmonic Orchestra). Il a fait ses débuts new-yorkais en 1998, au Lincoln Center, avec le New World Symphony Orchestra et le grand compositeur, chef d’orchestre et pianiste américain, Michael Tilson Thomas, lors de la première orchestrale américaine de la Carmen Fantasie de Franz Waxman.

En 1999, il est fait ambassadeur musical du Canada à l’occasion de l’inauguration du Jardin de Montréal à Shanghai, et se produit comme soliste invité du Shanghai Broadcast Orchestra lors d’un concert télévisé.

M. Merkelo a invité Jules Al-Simaani Goulet à assister prochainement à un concert de l’OSM. « Je lui ai dit que j’étais déjà allé à l’OSM avec mes parents en 2018 pour entendre du Wagner. Il m’a dit qu’il était temps que l’on revienne.»

De sa rencontre avec le trompettiste, le jeune pianiste retient son humilité. « Je crois que ce qui fait l’âme d’un grand musicien, c’est son humilité.» 

En attendant la poursuite de ses études, le jeune homme de 18 ans effectue depuis deux ans des prestations régulières dans le hall du Manoir Richelieu à La Malbaie, les dimanches après-midi. Il souligne avoir déjà monté sur scène au rappel d’un concert du pianiste Jean-Michel Blais, en plus d’avoir présenté des pièces en « live » sur Facebook, dont l’un avec Philippe Tremblay qui a fait l’émission La voix. 

Pas mal pour un jeune qui a reçu son premier piano à l’âge de 13 ans.