Johanne Poulin et Rhéal McIntyre exposent la série Aire de glace, composée des sculptures et des toiles du couple.

Un hiver de toiles et de papier mâché au CNE

La blancheur hivernale inspire parfois l’esprit humain à la création, et c’est exactement ce qui se passe dans la tête du couple d’artistes à l’origine du cadre de l’exposition Aire de glace, présentée au Centre national d’exposition (CNE) du mont Jacob de Jonquière, jusqu’au 17 janvier.

Rhéal McIntyre aime l’hiver. À vrai dire, il adore, surtout pour la pêche blanche, qui fait chez lui l’objet d’une passion qu’il jette sur ses toiles, depuis 2013, dans une série de 20 tableaux, dont 14 sont exposés à Jonquière.

L’exposition se déroule au Mont-Jacob de Jonquière jusqu’au 17 janvier.

« C’est une série que j’ai faite sur la pêche parce que lorsque j’étais jeune, j’allais pêcher [NDLR : il a grandi dans la Baie-des-Chaleurs, en Gaspésie] », raconte l’homme aujourd’hui âgé de 66 ans. Après une trentaine d’années en Outaouais, lui et sa conjointe, Johanne Poulin, s’installent de nouveau en Gaspésie. « Quand je suis revenu dans le coin, ça me rappelait des souvenirs de jeunesse. J’allais surtout marcher sur la glace et j’aimais beaucoup les horizons », explique l’artiste-peintre.

Autodidacte, Rhéal McIntyre peint avec un style bien à lui, par taches, à l’huile et à l’acrylique, ce qui confère beaucoup de texture à ses oeuvres.

La série de tableaux de Rhéal McIntyre représente uniquement de la pêche sur glace.

« J’ai toujours peint comme ça. C’est le style des impressionnistes inspirés du pointillisme. Moi, j’appelle cela du tachisme », indique celui qui en est à sa cinquième exposition à vie.

Sculptures

La conjointe de Rhéal McIntyre, Johanne Poulin, s’inspire de ses toiles pour créer des sculptures particulières, qui représentent différentes activités hivernales. Particulières parce que ces sculptures sont composées exclusivement de papier essuie-tout, d’eau, de farine et de poudre à pâte.

Les sculptures de Johanne Poulin sont faites entièrement de papier mâché.

Cette technique de papier mâché, qu’elle étudie et façonne depuis cinq ans, se transforme sous l’impulsion de ses mains en des enfants de choeur qui chantent, en un jeune patineur ou encore en une femme tirant un traîneau dans la neige.

Elle se consacre à la création de modèles à échelle humaine qui seront exposés ultérieurement.

Des jeunes d’âge scolaire peuvent aussi habiller des statues d’animaux en marge de l’exposition.

Activités pour les jeunes

Les visiteurs qui se rendront au CNE d’ici le 17 janvier pourront aussi jeter un oeil sur des animaux en plastique qui ont été habillés par des enfants d’âge scolaire et préscolaire de la région, invités à s’impliquer ainsi dans le milieu culturel. L’offre est aussi offerte les fins de semaine aux familles de Saguenay qui aimeraient se prêter au jeu.

L’accès à l’exposition est gratuit en tout temps, de 9 h à 17 h en semaine et de midi à 17 h les week-ends.