Kevin Lambert (Découverte), Jean Désy (Intérêt général), Louise Reid (Récit, contes et nouvelles) et Larry Tremblay (Roman et Jeunesse) sont les récipiendaires des Prix littéraires 2017 du Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Un deuxième doublé pour Larry Tremblay

Le Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean a couronné ses lauréats jeudi soir dans le cadre de la soirée d'ouverture de sa 53e édition. L'auteur Larry Tremblay est reparti avec deux des cinq prix attribués, ce qui lui permet d'enregistrer un deuxième doublé en carrière dans le cadre de l'événement régional. Les finalistes des Prix littéraires 2017 du Salon du livre évoluent dans des univers variés, mais jeudi soir, tous partageaient une même fébrilité.
Ils n'auront pas eu à patienter trop longtemps avant de connaître l'issue de la soirée puisqu'en moins d'une heure, l'identité de l'ensemble des lauréats avait été dévoilée. 
Les commentaires des juges ont été révélés pour chacun des finalistes, puis un extrait de chaque livre gagnant a été lu par la comédienne Érika Brisson.
Larry Tremblay a mis la main sur le premier prix de la soirée. Il a remporté les honneurs dans la catégorie Roman grâce à L'Impureté, publié chez Alto. L'auteur a félicité d'emblée les deux autres finalistes, Steve Laflamme (Le Chercheur d'âme) et Emmanuelle Tremblay (Comme des sauvages), avant d'adresser quelques remerciements aux organisateurs du salon et aux membres du jury. « Merci au salon qui est dans mon coeur depuis longtemps. Aujourd'hui, j'ai vu beaucoup d'enfants. Ça donne espoir de voir qu'on mise sur la littérature jeunesse. On est sur la bonne voie. »
Larry Tremblay est remonté sur scène un peu plus tard, justement pour recevoir les honneurs dans la catégorie Jeunesse pour Même pas vrai, publié aux éditions De La Bagnole. « Je me considère comme un auteur bébé puisque c'est mon premier livre jeunesse. Je suis un débutant et un débutant est toujours immensément heureux de recevoir un prix. Ça va m'encourager à continuer », a-t-il affirmé, avant de souligner le travail de l'illustrateur Guillaume Perreault qui a imagé ses textes. L'auteur avait également remporté deux prix il y a deux ans avec L'Orangeraie, qui lui avait valu à la fois le prix de la catégorie Roman et le Prix du public. 
C'est Louise Reid, récipiendaire de la catégorie Récit, contes et nouvelles, qui a offert les remerciements les plus touchants de la soirée. Celle qui a été primée pour Le jour où j'ai tué l'anxiété publié chez Québec Livres est apparue sur scène les yeux humides. « Ça fait une vingtaine d'années que j'écris des livres de psychologie qui touchent particulièrement l'anxiété et la dépression. J'ai essayé de l'expliquer dans un 12e livre qui est plus littéraire que les autres. Pour moi, écrire, c'était un rêve d'enfance. Lorsque j'ai su que mon livre était finaliste, ç'a m'a prouvé que non seulement je suis capable d'écrire, mais que je suis capable d'écrire de la littérature », a affirmé celle qui présente son écrit comme un livre d'espoir. 
Jean Désy a remporté le prix de la catégorie Intérêt général pour Amériquoisie paru chez Mémoire d'encrier. L'auteur a d'ailleurs tenu à souligner l'apport de la maison d'édition à la littérature autochtone. 
Finalement, le prix Découverte a été remis à Kevin Lambert, auteur de Tu aimeras ce que tu as tué, seul finaliste de la catégorie. « Je suis heureux de voir qu'un écrit comme le mien trouve sa place dans un salon du livre », a affirmé celui dont l'écrit traite de la destruction de Chicoutimi.