3300 presentation pieces Broue Alma

Un dernier verre pour Broue à Alma

Quelque 600 personnes ont ri aux éclats, jeudi soir, lors de la présentation de la pièce mythique Broue, à la Salle Michel-Côté, dans le cadre du 150e d'Alma.
Le célèbre trio composé de Marc Messier, Michel Côté et Marcel Gauthier conviait le public almatois à un dernier rendez-vous, le 44e depuis le début de l'aventure. Sur scène, cette belle brochette a toujours un plaisir fou à s'exécuter, même après 38 ans.
Les gags et jeux de mots se sont succédé. Le public en a eu pour son argent et de vifs applaudissements se sont fait retentir à de multiples reprises.
Broue est un succès phénoménal à voir au moins une fois dans sa vie. Et comme en a témoigné le traditionnel sondage à main levée qui a précédé la représentation, la forte majorité de l'assistance en était à sa première visite. Plusieurs spectateurs en étaient aussi à leur troisième, quatrième ou cinquième représentation.
Extrêmement bien rodée, la comédie met en vitrine les péripéties d'hommes qui prennent un coup à la taverne Chez Willie et qui ont bien du plaisir.
Dans les rôles colorés qu'ils incarnent, les comédiens présentent des réflexions loufoques et absurdes. Les différents personnages sont tous aussi tordants les uns que les autres.
Mais le sketch où Michel Côté incarne le pompier Pointu est tout à fait savoureux. Il se dépasse avec ses mimiques et ses expressions explosives et spontanées. Dès qu'il a mis les orteils sur scène, la foule était déjà conquise.
Dans le rôle de Bob (employé de la taverne), Marc Messier a la réplique facile. Il l'a l'affaire ! Le passage où Marcel Gauthier joue le rôle d'un vendeur de chaussures chez Yellow a aussi été remarquable.
« Il y a une partie de la pièce où je me reconnais à cent milles à l'heure. Moi aussi je l'ai vécu sans femme la taverne. Si Broue a fait le tour de la planète, c'est parce que c'est une pièce humaine », a commenté le maire d'Alma, Marc Asselin, qui assistait à la pièce pour une cinquième fois.
Heure de tombée oblige, il a fallu quitter la salle avant la fin de la représentation. La foule continuait d'avoir un plaisir fou à regarder les prouesses des différents personnages.