Shane MacGowan.

Un coup de chapeau à la Saint-Patrick

BILLET / Non, la photographie qui accompagne ce texte n’a pas été commanditée par un orthodontiste. Elle représente un modeste hommage adressé aux personnes du Saguenay–Lac-Saint-Jean qui revendiquent des racines irlandaises, en ce jour de la Saint-Patrick.

Celui qui sourit avec tant de naturel est le chanteur du groupe The Pogues, Shane MacGowan. Il était tout jeune au moment où ce cliché a été capté, mais déjà, à travers les brumes de l’alcool qui semblaient l’envelopper à perpétuité, on décelait la trace du génie. Il faut dire que ses compagnons n’étaient pas des pieds de céleri, ainsi qu’ils l’avaient démontré lors d’un spectacle mémorable présenté dans le cadre du Festival d’été de Québec, quelque part dans les années 1980.

La Saint-Patrick, cet homme la célébrait tous les jours, ce qui ne l’a pas empêché de chanter l’une des compositions les plus mélancoliques se rapportant à l’Irlande, et Dieu qu’elles sont nombreuses. Elle a pour titre Thousands Are Sailing, et les paroles de Phil Chevron expriment avec éloquence les sentiments contradictoires qu’entretiennent ceux, nombreux, qui ont dû quitter la mère patrie.

«Nous célébrons le pays qui a fait de nous des réfugiés» («We celebrate the land that makes us refugees»), chante le beau Shane, illustrant le drame que vivent les émigrants. Chaque jour, ils font le deuil du pays où leurs ancêtres ont trouvé le repos éternel, tout en remerciant la terre d’accueil qui a rendu possible leur deuxième naissance.

Hier, c’était le lot des Irlandais, des Ukrainiens et des Vietnamiens, maintenant remplacés par les Syriens, les Yéménites et autres damnés de la Terre.