Anaïs Barbeau-Lavalette, réalisatrice du film La déesse des mouches à feu.

Un autre tournage au Saguenay

Après la série Trop et la mini-série Winnebago, une nouvelle production est tournée au Saguenay. L’équipe du film La déesse des mouches à feu débarque à Chicoutimi mardi pour l’enregistrement de quelques scènes du long métrage adapté du roman de l’auteure saguenéenne Geneviève Pettersen.

Une équipe réduite de quelques personnes, notamment la comédienne principale Kelly Depeault et la réalisatrice Anaïs Barbeau-Lavalette (Le Ring, Inch’Allah), s’installe à Chicoutimi du 9 au 15 juillet.

Le comédien Normand D’Amour incarnera le père de Catherine, le personnage principal du film.

« Certaines personnes de la région ont été engagées afin de compléter l’équipe sur place », précise Judith Dubeau, relationniste. Effectivement, en raison de restrictions budgétaires, seuls quelques membres de l’équipe de tournage montréalaise sont du voyage.

La première journée à Saguenay permettra à l’équipe de production de faire du repérage. Trois jours seront dédiés au tournage, soit les 10, 11 et 12 juillet.

Anaïs Barbeau-Lavalette, réalisatrice du film La déesse des mouches à feu.

Des images seront notamment tournées sur la Zone portuaire de Chicoutimi. « Certains lieux restent encore à déterminer », souligne la relationniste.

Le passage à Saguenay met fin au tournage du film qui a été amorcé à Montréal le 27 mai dernier. Le long métrage devrait sortir quelque part en 2020.

Le rôle de Catherine, rôle principal du film, a été confié à Kelly Depeault.

La déesse des mouches à feu, réalisé par Anaïs Barbeau-Lavalette, est une adaptation du roman de Geneviève Pettersen paru en 2014. Le scénario a été adapté par Catherine Léger.

Le film met notamment en vedette Kelly Depeault (Claudie dans la série L’Échappée), Caroline Néron et Normand D’Amour.

Caroline Néron interprétera la mère de Catherine dans La déesse des mouches à feu.

Le film raconte l’histoire de Catherine (Kelly Despeault), une jeune fille qui entre dans l’adolescence en même temps que ses parents (Caroline Néron et Normand D’Amour) amorcent un processus de divorce. Catherine vieillit dans le chaos violent et spectaculaire de l’adolescence « grunge » des années 90, à Chicoutimi.

Le film produit par Luc Vandal de la Coop Vidéo de Montréal compte également Antoine Desrochers (L’échappée, L’Académie, Nitro Rush), Maxime Gibeault (La Dérape, Demain des hommes), Laurence Deschênes (O’, La Bolduc), Emmanuel Schwartz (Lâcher prise, Trop) et Emmanuel Bilodeau parmi sa distribution.