Les 300 crèches restantes de l’exposition de Rivière-Éternité ont été achetées samedi par un collectionneur qui souhaite qu’elles demeurent dans la région et soient rendues accessibles au public.

Un acheteur pour 300 crèches

Les 300 crèches restantes de l’exposition de Rivière-Éternité ont toutes été achetées par un collectionneur, samedi. L’acheteur souhaite rendre les crèches accessibles au public dans un nouveau projet qui devrait prendre forme à Saguenay.

Thierry Roncen, président de la Corporation des crèches de Rivière-Éternité, ne pouvait dévoiler les détails du projet de l’acheteur, lorsque contacté dimanche en soirée par Le Quotidien. La corporation, composée de six bénévoles, avait prévu deux journées portes ouvertes, en fin de semaine, pour vendre les crèches qui occupaient encore le sous-sol de l’église de la municipalité.

L’exposition, lancée en 1989, et qui a déjà compté jusqu’à 1000 crèches, aurait célébré son 30e anniversaire en 2019. La corporation avait accueilli les visiteurs en marge du Symposium provincial des villages en couleurs de L’Anse-Saint-Jean et de Petit-Saguenay, au début octobre, et plusieurs crèches avaient alors trouvé preneurs.

La vente n’a pas duré longtemps, en fin de semaine : en début d’après-midi, samedi, un collectionneur a déposé une offre pour acheter toutes les 300 crèches restantes, offre qui a été acceptée par les bénévoles.

« C’est un monsieur qui a décidé que c’était dommage de liquider tout ça et qui voulait que les crèches demeurent dans la région », a expliqué M. Roncen. L’équipe, si elle demeure triste de voir l’exposition fermer, est tout de même heureuse qu’une partie de la collection demeure dans la région. « Il y aura maintenant beaucoup de déménagement et d’aménagement à faire », a ajouté M. Roncen. 

L’argent redistribué

L’argent issu de la vente des crèches sera redistribué entre les organismes à but non lucratif de Rivière-Éternité. Le montant total des ventes sera dévoilé lors du bilan de la corporation, dont l’année financière prendra fin avec la fin de l’année 2017.

La Corporation des crèches de Rivière-Éternité sera ensuite dissoute. « Il ne nous restera plus que le Parc des artistes, que nous voulons donner à la municipalité », a exposé le président.

Le Parc des artistes compte une vingtaine de crèches artisanales grandeur nature, exposées le long d’un sentier.

Baisse d’achalandage

L’importante baisse d’achalandage de l’exposition a obligé l’organisation à y mettre fin. Dans les années 1990, l’exposition avait attiré jusqu’à 15 000 visiteurs, dans ses meilleures années. Dans les années 2000, l’achalandage avait baissé à quelques milliers de personnes.

En 2016, seulement 393 visiteurs ont payé les 5 $ demandés à l’entrée pour visiter l’exposition. La grande majorité des visiteurs étaient alors Européens. « Ça veut dire que les gens de la région qui l’avaient déjà vue ne revenaient pas », a exposé M. Roncen.

Il déplore que l’exposition n’ait pu bénéficier des retombées liées aux bateaux de croisières, à La Baie. Les autobus qui amenaient les touristes dans le Bas-Saguenay, lorsqu’ils planifiaient un arrêt à Rivière-Éternité, laissaient seulement une trentaine de minutes aux touristes pour parcourir le Parc des artistes, sans qu’une visite de l’exposition ne soit prévue, a-t-il rapporté. « J’ai des regrets, mais pas de remords, car ça n’intéresse plus les gens », a conclu avec déception le président.