Le groupe Mosaïque se produira le 2 novembre à 14h, à la chapelle Saint-Cyriac à Lac-Kénogami. Il s’agira de son dernier spectacle avant plusieurs mois, puisque ses membres entreront ensuite en création.

Trois premières pour le groupe Mosaïque

Nouveau lieu. Nouvelle heure. Nouvelle collaboratrice. Il y aura beaucoup de premières fois pour le groupe Mosaïque, à l’occasion du spectacle qu’il proposera le 2 novembre à 14h, à la chapelle Saint-Cyriac. L’idée de se produire en après-midi, plutôt qu’en soirée, répond au voeu exprimé par un certain nombre de parents qui souhaitaient initier leurs enfants à ses musiques métissées. Quant à sa présence à Lac-Kénogami, elle résulte d’un désir partagé.

«Cet endroit est magnifique et possède une acoustique extraordinaire, ce qui nous permettra de jouer sans amplification, tout en faisant ressortir les interactions entre les instruments. On connaît la chapelle pour ses concerts de musique classique, mais les gens qui s’en occupent affichent une ouverture pour d’autres genres, notamment l’interculturel», fait observer le percussionniste Jayanta Guha, membre fondateur de Mosaïque.

Sylvie Lagacé dansera sur deux compositions du groupe Mosaïque, à la chapelle Saint-Cyriac.

Lui et ses camarades ont leurs habitudes au Côté-Cour de Jonquière, mais ne détestent pas jouer dans d’autres salles, porteuses d’atmosphères différentes. C’est ce qu’ils ont fait en juin, lors de leurs visites au Cavô de Chicoutimi et au Jardin de Sophie, situé à Saint-Fulgence. Ils ont également joué à Montréal en août, dans le cadre du Festival Orientalys. De nouvelles compositions ont été étrennées à cette occasion. Elles feront partie du programme à Saint-Cyriac.

«Nous devons amener notre musique vers le monde», énonce Jayanta Guha. Il croit aussi au maillage avec d’autres formes d’expression, ce que démontrera la participation de Sylvie Lagacé au spectacle intitulé Musique et danse sans frontières: La Magie du Rythme. Il s’agira d’une première collaboration avec la Saguenéenne associée à l’école de danse orientale Passion d’Orient.

La danse indienne a peu de secrets pour cette femme, ce qui cadre bien avec l’éclectisme de Mosaïque, qui a déjà travaillé avec des adeptes du gumboot, de la salsa et de la danse africaine. Elle fréquente le style Bollywood depuis 12 ans, sans toutefois faire l’impasse sur les autres danses en vogue dans le sous-continent. «Sylvie Lagacé va improviser sur deux de nos compositions instrumentales et comme la scène est assez grande, elle pourra s’exprimer à son aise», fait valoir Jayanta Guha.

Il s’agira de la dernière sortie du groupe avant plusieurs mois et pour réserver, il suffit de téléphoner au numéro 418-545-3330 (les billets sont vendus au coût de 15 $ pour les adultes, 10 $ pour les sept à 18 ans. C’est gratuit pour les autres). Ensuite, ses membres entreront dans une phase de création qui pourrait s’étirer jusqu’au 30 mai, moment où ils se produiront à la Maison de la culture Ahuntsic, à l’invitation du Festival Accès Asie.