Trois artistes, une exposition

Trois artistes, trois propositions fort différentes, une seule exposition. Le travail de Paolo Almario, Charlie Lescault et Mariane Tremblay - les récipiendaires du projet Mentorat 2016-2017 des Ateliers TouTTouT - est présenté au Centre des arts et de la culture de Chicoutimi. Jusqu'au 24 février, le public est invité à découvrir où les a menés leur travail de collaboration avec des artistes établis de la région.
L'exposition collective est née d'une collaboration entre le Centre de production en art actuel TouTTouT et le Conseil des arts de Saguenay. Trois artistes émergents ont été sélectionnés pour participer à la première édition du projet de Mentorat de TouTTout. Pendant quatre mois, ils ont été jumelés avec Cindy Dumais, Carl Bouchard et Yves Tremblay, des artistes établis membres actifs du centre. 
C'est le fruit de leur travail qui est présenté dans la salle du Centre des arts et de la culture de Chicoutimi. 
Paolo Almario
Paolo Almario, artiste originaire de Colombie installé à Chicoutimi depuis 2011, propose une oeuvre en trois temps. 
Dans sa pratique, celui qui détient une maîtrise en arts de l'UQAC, porte un regard critique sur la situation sociopolitique de son pays. Son travail lui a valu des menaces. Il a le statut de réfugié depuis 2015. 
Machine de l'ordre est un dispositif électromécanique régi par des données numériques. Elle a été conçue par l'artiste afin de déconstruire des portraits qu'il réalise en photomosaïques. La machine présentée est celle qui a servi à déconstruire 27 portraits composés d'un total de 129 600 photos dans le cadre de différentes installations de l'artiste. 
Tout près d'elle est exposée Màquina #2, une seconde machine plus perfectionnée construite dans le cadre du projet de mentorat grâce à l'expertise en travail de l'aluminium, en modélisation et en impression 3D de l'artiste Yves Tremblay. Ces nouveaux dispositifs seront désormais utilisés dans les différentes installations de l'artiste. 
Finalement, c'est grâce à la vidéo de l'installation Déformé présentée en novembre 2013 à la Galerie L'Oeuvre de l'Autre de l'UQAC que le visiteur découvre toute la démarche de l'artiste. On peut voir la machine détruire sept portraits composés de milliers de petites photos 
Charlie Lescault 
Charlie Lescault, qui termine actuellement un baccalauréat en art interdisciplinaire à l'UQAC, propose un corpus d'oeuvres alliant sculpture, dessin et installation. 
Avec Fragments, elle explore l'univers végétal et animal en transposant ses textures dans le vinyle. 
Dans la salle d'exposition, ses oeuvres sont accrochées au mur, installées sur un socle ou posées par terre. Elles proposent différentes textures. Elles rappellent les plumes, les poils, les matières végétales. Difficile de résister à l'envie de s'en approcher afin de découvrir le travail derrière l'impression qui s'en dégage. 
À travers les différentes masses noires, un paquet de petites pièces qui prennent l'allure de cocottes tranchent du lot par leur couleur orangée. De près, on découvre la répétition des gestes qui ont été nécessaires à leur réalisation. 
Mariane Tremblay 
Mariane Tremblay est fascinée depuis l'enfance par les statuettes de la Vierge Marie protégées par des niches installées sur les terrains privés. La détentrice d'une maîtrise en arts visuels de l'UQAC s'est lancée dans Les veilleuses, un projet qui visait notamment à connaître les raisons qui poussent quelqu'un à afficher ses couleurs et à ériger un espace religieux assumé et visible. La démarche a donné lieu à plusieurs rencontres avec des gens qui en ont construit, installé ou hérité. 
Mariane Tremblay a vu différents aménagements. Que ce soit des grottes miniatures ou des habitacles de tous genres, elle a vu certains espaces religieux laissés à l'abandon, d'autres fois bien protégés.
Fruit de ses démarches, l'artiste propose notamment une série de 12 photos de ces petits espaces religieux prises entre Alma et Saguenay. 
Elle présente également Apparitions (Glow in the dark), une oeuvre en deux temps réalisée à partir d'un bénitier et de peinture phosphorescente.
À côté d'une grande photo d'une maison détruite par un incendie, deux histoires évoquant l'intervention de saints sont racontées sur des morceaux de bois dans Mystères vus et entendus (verbatim de miracles).
Finalement, Les veilleuses 2017, composée de veilleuses dont certaines sont allumées, réfèrent aux veilleuses qui éclairent le chemin dans la nuit.