Sean Paul

Three Days Grace, Sean Paul et Éric Lapointe: de gros noms pour les Bières du monde

En plus d’accueillir le groupe Three Days Grace le 21 juillet, tel que Le Quotidien l’a annoncé vendredi, le Festival des bières du monde confirme la participation de Sean Paul et Éric Lapointe. Eux aussi fouleront la grande scène aménagée sur la Zone portuaire de Chicoutimi, respectivement le 19 et le 20 juillet.

Si on ajoute le volet gratuit pour lequel on a recruté le Québec Redneck, Valaire, Yello Mollo et Grimskunk, ça donne une affiche généreuse, d’autant que la programmation sur la scène principale couvrira trois soirées au lieu de deux. « Au total, nous avons investi 300 000 $ dans les cachets, ce qui ne comprend pas la technique », a souligné le directeur général Robert Hakim à l’occasion d’une entrevue accordée au Quotidien.

La plus grosse prise est évidemment Sean Paul, dont les apparitions sont caractérisées par un foisonnement visuel s’appuyant sur des compositions inspirées du dancehall jamaïcain. Dans son cas, le cachet ne constituait pas l’enjeu principal, laisse entendre le promoteur. « Le devis technique de Three Days Grace et Éric Lapointe tient à l’intérieur de dix et huit pages. Celui de Sean Paul en couvre 43 », mentionne-t-il.

Tout comme le groupe rock canadien-anglais, le Jamaïcain constituera une exclusivité à l’échelle de l’Est du Québec. Cette pratique implantée il y a quelques années est devenue une condition de succès pour le festival, puisque 30 % des personnes qui assistent aux grands spectacles proviennent de Québec, ainsi que des autres régions voisines du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Une dimension tout aussi importante tient aux genres musicaux qui envelopperont la Zone portuaire. Le comité organisateur a sciemment opté pour des têtes d’affiche qui ne sont pas associées à la scène punk rock, comme c’était le cas pour Billy Talent et Sum 41. « Même s’il y a une forte vague pour le punk rock des années 1990, nous ne voulons pas être associés seulement à ça. Nous effectuons donc une expérience et je crois que nous serons agréablement surpris », note Robert Hakim.

Appelé à mettre un chiffre sur ses ambitions, il parle d’une assistance de 5000 personnes pour chacun des trois spectacles. Ça ferait 15 000 spectateurs, soit le double des 7000 entrées générées en 2017 par Sum 41 et Metric. Comme de raison, l’ajout d’une troisième soirée fait partie de l’équation, au même titre que la popularité d’Éric Lapointe, qui étrennera son nouvel album. L’été dernier, il avait attiré 5500 fans dans le cadre du Festival international des Rythmes du monde.

Une autre nouveauté, en plus des trois journées, se rapporte aux 2000 passeports offerts par l’entremise du réseau Réservatech. Le coût s’élève à 49 $ l’unité, comparativement à 30 $ pour chacun des grands spectacles. « Je pense que ça va bien se vendre », anticipe le promoteur, qui ajoute que les billets individuels seront disponibles à une date qui reste à déterminer.

S’agissant de la collaboration avec les Grandes Fêtes Telus de Rimouski, enfin, elle reprendra dès 2019. On sait que les deux festivals ont pris l’habitude de se concerter pour recruter des artistes de haut vol et négocier des exclusivités, une habitude à laquelle Robert Hakim a dérogé dans l’espoir d’attirer un groupe qui, finalement, ne viendra pas à Chicoutimi. « C’est à cause de mon entêtement si ça ne marche pas cette année. Ce n’est que partie remise », assure-t-il.

Éric Lapointe
Valaire sera du Festival des bières du monde de Saguenay le 19 juillet à 20 h.