Le pianiste Taurey Butler se produira en compagnie des membres de son trio, dimanche à 14h, au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi.

Taurey Butler et la musique de Guaraldi

À ce temps-ci de l’année, il y a 54 ans, les personnages de la bande dessinée Peanuts sont apparus au petit écran pour la première fois. C’était au réseau CBS, pour un spécial de Noël, et les attentes étaient modestes, y compris chez les artisans de ce projet. On se disait que des enfants et un chien se préparant à célébrer les Fêtes, même des personnages aussi connus que Charlie Brown, Lucy, Linus et Snoopy, ça ne pouvait pas rivaliser avec les productions destinées aux adultes.

Ils se sont trompés, cependant. Le charme a opéré, si bien que le dessin animé intitulé A Charlie Brown Christmas fait figure de classique. Chaque année depuis, il est rediffusé et parmi les raisons qui justifient cet engouement qui transcende les époques, il y a la bande sonore créée par le pianiste de jazz Vince Guaraldi. Elle est si appréciée que ce disque n’a jamais été discontinué et que plusieurs musiciens ont repris l’oeuvre en concert, l’un d’eux étant le Montréalais Taurey Butler.

«J’ai commencé il y a cinq ans, à la suite d’une invitation lancée par le Musée des beaux-arts de Montréal. Chaque année depuis, je donne trois ou quatre représentations, mais cette fois-ci, je présente Le Noël de Charlie Brown à neuf reprises. C’est ma plus grosse tournée», a-t-il mentionné au cours d’une entrevue téléphonique accordée au Progrès.

Enfant, déjà, ce fils du New Jersey aimait les pièces de Guaraldi. L’idée de les jouer avec son propre trio, complété par le contrebassiste Éric Lagacé et le batteur Wali Muhammad, l’a donc séduit d’emblée. «Ça semble simple quand on les écoute. Il est vrai que certaines sont faciles à faire, mais d’autres non. Pour Skating, par exemple, j’ai dû demander conseil à un pianiste classique. Je ne savais pas où placer mes mains», raconte Taurey Butler.

Au cours du spectacle qu’il présentera dimanche à 14h, au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi, lui et ses partenaires reprendront la bande sonore au complet.

Le public reconnaîtra les airs et pourra lui-même participer en substituant sa voix à celle du choeur d’enfants qu’on entend sur l’enregistrement original. Et puisqu’on se trouve dans la sphère du jazz, les musiciens ont élargi leur marge de manoeuvre au fil des années.

«Nous sommes confortables avec les pièces. J’improvise en profitant des ouvertures prévues par Guaraldi et il m’arrive aussi de prendre des libertés, explique Taurey Butler. Ça me plaît de fréquenter ce répertoire parce que j’aime le compositeur, de même que Charlie Brown. C’est pour cette raison que je continue à donner ces concerts. C’est de la grande musique qui procure de la joie, du bonheur, tout en rendant un peu nostalgique.»