Guardia Nueva est un groupe habitué de Tang-aux-foins. Marie Aude Turcotte (violon), Andréa Tremblay-Legendre (piano), Gaël Chabot-Leclerc (vibraphone) et Mathieu Boily (contrebasse) y joueront samedi soir

Tang-aux-foins: l’Argentine à l’honneur

La municipalité de Saint-Fulgence aura des allures argentines, vendredi et samedi, pour la 9e édition du festival Tang-aux-foins. L’événement, qui donne une vitrine au tango, a préparé une programmation influencée par ce pays d’Amérique du Sud qui comprend de la musique, de la danse, de la nourriture et même une messe en espagnol.

Tang-aux-foins ratisse large, même s’il met en vedette une musique « de niche ». L’objectif est de plaire autant à ceux qui possèdent une certaine base dans la technique du tango qu’à ceux qui veulent s’y initier. Le percussionniste Gaël Chabot-Leclerc, le porte-parole du festival, explique en entrevue qu’il faut trouver un équilibre entre ce qui plaît aux connaisseurs et ce qui permet de rallier le grand public.

« On veut permettre au plus grand nombre possible de gens de se risquer à danser. Dans les concerts, il y a de la place pour que les spectateurs puissent bouger », raconte-t-il.

Les festivités débutent vendredi avec un concert d’Andréa Tremblay-Legendre et de Cindy Tremblay, la première étant au piano et la seconde à la voix. Plus tard en soirée, l’ensemble Milonga viendra « recréer l’ambiance des cafés argentins où l’on danse le tango jusqu’aux petites heures de la nuit ».

Le lendemain, la professeure de danse Marjolayne Auger donnera trois ateliers portant sur la marche, les pas classiques et l’improvisation dans le tango. Deux ateliers d’initiation seront aussi offerts le samedi par Dominique Tremblay. Les cours donnés par Marjolayne Auger coûtent 20 $ tandis que ceux donnés par Dominique Tremblay sont gratuits.

Gaël Chabot-Leclerc et son groupe, Guardia Nueva, s’occuperont de mettre de l’ambiance le samedi soir.

« C’est dans une formule souper-spectacle qui met l’Argentine en vedette. Il va y avoir de la bonne bouffe, du bon vin. Nous allons puiser dans le répertoire classique des années 30, 40 et 50. On mélange ça avec la musique plus récente d’Astor Piazzolla. Il a fait beaucoup pour rendre le tango populaire », précise M. Chabot-Leclerc.

Le festival compte quelques nouveautés, cette année. Le dimanche, une messe en espagnol sera célébrée dans l’église de Saint-Fulgence, à 9 h. Un brunch musical clôturera ensuite l’événement, au son de l’orchestre Accordeus, un groupe composé de huit accordéons.

Gaël Chabot-Leclerc raconte que même si le temps a passé, et que le petit groupe qui a participé à la fondation de ce festival a pris des directions différentes, ce moment de l’année demeure un instant privilégié pour se rencontrer.

« Nous sommes cinq ou six à graviter autour de l’événement. Même si nous n’habitons plus la région, on profite toujours de cette fin de semaine pour se revoir, autour d’un style de musique qui est un de nos intérêts communs », conclut-il.