Cette photographie spectaculaire a été captée vendredi dernier, au centre-ville d’Alma. Elle montre un numéro proposé par la troupe Afrique en Cirque/Kalabanté, dont le spectacle a été le plus populaire cette année, dans le cadre du festival Tam Tam Macadam.

Tam Tam Macadam: une bonne cuvée

Même si le comité organisateur n’a pas dressé le bilan formel du Tam Tam Macadam, il y a de bonnes chances que la migration de la rue Sacré-Cœur vers la rue Collard, à Alma, s’inscrive dans la durée. L’expérience tentée dans le cadre de la 17e édition, tenue du 23 au 26 août, fut en effet concluante, affirme le président Alexis Bégin.

« L’un des avantages du nouveau site est qu’il a favorisé le regroupement des activités. Il a rapproché le marché de la scène où des spectacles étaient présentés, ce qui a permis à plus de gens d’entendre les musiciens. À ce stade-ci, je ne peux rien confirmer en vue de la prochaine année. Il reste une analyse à faire, mais le nouvel emplacement constituera notre première option », a-t-il confié au cours d’une entrevue accordée au Quotidien.

Ce qui est clair, c’est que la fin des travaux à La Boîte à Bleuets ne modifiera pas les plans en ce qui touche la rue Sacré-Cœur. L’agrandissement de la salle, jumelé à d’autres changements apportés dans le secteur, a en effet grugé une partie de l’espace occupé jadis par le festival. « Si on retourne là, il s’agira d’un site connexe », indique le président.

L’une des activités qui pourrait y élire domicile est le Grand concours international de menteries. La deuxième mouture de cet événement a attiré une jolie foule, ce qui donne à penser qu’il y aura récidive en 2019. « Ça devrait revenir parce que la réponse a été très bonne, souligne Alexis Bégin. J’ai même rencontré des gens qui provenaient de l’extérieur de la région, de la Beauce, notamment. Ils sont attirés par les conteurs qui participaient à la compétition. »

Le fait saillant de la dernière édition, toutefois, est le temps chaud qui régné du jeudi au samedi. Dès le premier soir, on a senti que le site était plus achalandé que par le passé. Le groupe Mosaïque s’est produit devant quelques centaines de personnes en début de soirée, tandis que le lendemain, Afrique en Cirque/Kalabanté a généré la plus forte assistance du festival. « Ce spectacle était attendu », confirme le président.

Seul le dimanche a été perturbé par la pluie, ce qui a entraîné la fermeture des kiosques alignés devant la scène. Néanmoins, le comité organisateur pourra équilibrer son budget et envisager l’avenir avec optimisme. « Nous avons connu une belle édition ensoleillée et nous travaillons déjà sur la prochaine. Au plan musical, l’objectif restera le même, soit de miser sur l’interculturel, de faire entendre des musiques à la fois modernes et métissées », énonce Alexis Bégin.