Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Marie-Émilie Savard, responsable du ciné-parc urbain, et la directrice générale de REGARD, Élaine Riou, procédaient à des tests, mardi soir, en prévision de la soirée d’inauguration de mercredi au ciné-parc urbain, sur le stationnement du Centre Georges-Vézina.­
Marie-Émilie Savard, responsable du ciné-parc urbain, et la directrice générale de REGARD, Élaine Riou, procédaient à des tests, mardi soir, en prévision de la soirée d’inauguration de mercredi au ciné-parc urbain, sur le stationnement du Centre Georges-Vézina.­

Soirée d’inauguration en plein air à REGARD [PHOTOS]

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / On va dire que les projections de lundi et mardi du Festival REGARD sur le court métrage étaient une période d’échauffement. C’est mercredi soir que le vrai match commence avec la soirée d’inauguration au ciné-parc urbain, sur le stationnement du Centre Georges-Vézina.

Je suis allé faire un tour, mardi après-midi, devant ce grand écran en plein air, pour rencontrer Marie-Émilie Savard, la jeune responsable du ciné-parc de REGARD. Le mercredi, c’est le jour où normalement le festival lançait son ouverture régionale, mais comme il n’y a rien de normal depuis 15 mois, c’est la formule plein air que les organisateurs ont choisie pour rassembler plus de 150 voitures pour le visionnement à l’extérieur et la présentation d’un spectacle.

Le ciné-parc urbain du Festival REGARD va être l’attraction de la semaine à Saguenay, alors que le Canadien de Montréal est au repos pour les prochains jours. Le site peut accueillir au moins 150 voitures. « On peut se rendre jusqu’à 180 s’il n’y a pas de vent. On doit maintenir une zone sécuritaire devant l’écran LED de 40 pieds, mais s’il n’y a pas de vent, ce n’est pas nécessaire », explique la responsable du site de projection.

Plus de 150 voitures pourront prendre place sur le stationnement du Centre Georges-Vézina pour participer au ciné-parc urbain de REGARD.­

« Les gens doivent acheter un billet par voiture. Les mesures sanitaires nous obligent à un registre des visiteurs, alors nous serons en mesure de rejoindre le propriétaire de la voiture qui pourra identifier les gens qui étaient avec lui en cas de problème », explique-t-elle.

Les projections vont commencer à 20h, mais le site ouvrira ses portes dès 18h30. « On espère que les gens vont arriver tôt, car nous avons prévu de l’animation. Les gens devront demeurer dans leur voiture cependant. Ils pourront suivre l’animation en écoutant la radio dans leur auto. Les moteurs devront être à l’arrêt, mais nous avons une clause canicule avec la Santé publique, une clause qui permettra aux gens de sortir de leur auto s’il fait trop chaud », explique Marie-Émilie Savard, qui donne en exemple les deux dernières journées caniculaires qu’on a connues à Saguenay. Ce sera la même clause canicule pour les petites vues en famille qui se dérouleront en matinée sur le site, samedi et dimanche.

Les organisateurs de REGARD ont prévu des spectacles tous les soirs. « Des performances artistiques, un photobooth géant (avec ton char!), des “food trucks” et une ambiance de feu du genre camping en roulotte avec les chums, le tout animé par la radio REGARD estivale », lit-on sur leur page Web.

Respect de la loi

Il y aura deux entrées pour les automobiles, une sur la rue Bégin et l’autre sur le boulevard de l’Université. « Nous avons une équipe de stationnement pour placer les voitures en fonction de leur grosseur. Les petites voitures seront plus près de la scène alors que les camionnettes vont se retrouver derrière », fait savoir celle qui a bien hâte de lancer les activités du ciné-parc.

Si vous voulez y aller entre amis, il suffit de vous suivre l’un derrière l’autre en entrant sur le site, avec des voitures de même gabarit, trois berlines ou trois camionnettes, comme cela vous chante, et vous serez placés un à côté de l’autre. Vous pourrez vous jaser par les vitres ouvertes de vos autos avant la projection. S’il fait chaud, vous pourrez même sortir de l’auto et fraterniser en respectant les règles sanitaires.

Si ce n’était pas en pleine pandémie, peut-être que la Ville aurait laissé un peu de lousse pour que les gens puissent organiser un « tailgate », comme dans les parties de football, avec une petite « bièrette », mais là il faudra respecter la loi qui interdit la consommation d’alcool à bord d’un véhicule.

J’ai communiqué avec le porte-parole du Service de police de Saguenay, Bruno Cormier. « Il est en effet interdit de consommer de l’alcool dans une voiture et même sur le site public, en dehors du véhicule », a-t-il précisé.

« Ce sera aussi les mêmes règles qui vont s’appliquer lors du spectacle du groupe The Halluci Nation qui va durer 45 minutes après les projections », met en relief Marie-Émilie Savard. Il y aura une captation visuelle du spectacle qui sera diffusé sur l’écran géant du ciné-parc.

Ce sera le moment de sortir la tête par le toit ouvrant et de vous amuser un peu. « On espère que les gens vont venir en décapotable », lance la responsable du ciné-parc urbain. C’est le temps d’emprunter la décapotable de vos parents ou de vos oncles et tantes de la génération des baby-boomers.

Compétition 3 en privé

J’ai assisté à la projection de la compétition 3, mardi, à la représentation de 16h. L’animatrice Josée Gagnon a fait remarquer à la dizaine de personnes présentes dans la salle François-Brassard du Cégep de Jonquière que nous étions privilégiés d’avoir une projection privée. On pouvait même enlever nos masques. C’est la première fois que REGARD fait des projections les lundi et mardi, surtout à 16h. En fait, ils ont programmé des projections à 16h et 19h pour permettre à plus de gens d’assister aux représentations. Les dîners et les activités sociales permettent de faire toutes sortes de rapprochements, comme a dit François Legault en conférence de presse. Mais c’est difficile de remplir les salles quand le côté social n’est pas là.

La compétition 3 propose six courts films, six bons films. On rit, on pleure, on a peur, on est triste, on rêve, on s’indigne. Ça parle d’amour, d’intimidation, de racisme et de terrorisme, de commérage et d’animation. Vous avez tous les détails sur le site Internet de REGARD, gâtez-vous.