Le Quotidien
Voici deux des sept portraits réalisés par Paolo Almario en vue d’une exposition qui sera présentée à Québec. Ils représentent des juges de la Colombie qui ont fait emprisonner son père à la suite d’accusations qu’il estime infondées.
Voici deux des sept portraits réalisés par Paolo Almario en vue d’une exposition qui sera présentée à Québec. Ils représentent des juges de la Colombie qui ont fait emprisonner son père à la suite d’accusations qu’il estime infondées.

Sept portraits de juges sur fond de déconfiture

Daniel Côté
Daniel Côté
Le Quotidien
Deux portraits trônaient dans l’atelier de Paolo Almario, il y a quelques jours, lors de la visite de l’équipe du Progrès. Le Québécois moyen aurait peu de chances d’identifier les hommes représentés par l’artiste, mais lui ne connaît que trop bien. Ce sont deux des sept juges colombiens qui, sur la foi d’accusations qu’il estime infondées, ont jeté son père en prison.