Thomas Meloche a remporté le Prix des jeunes, du 28e Festival de sculpture Camille Claudel.

Sculpture: Thomas Meloche s’illustre en France

Le travail du sculpteur Thomas Meloche a été reconnu en France. Le Roserain a remporté le Prix des jeunes de la 28e édition du Festival de sculpture Camille Claudel, qui se tenait dans le village de La Bresse du 25 mai au 2 juin dernier.

Son oeuvre, intitulée De la nature à l’être humain, a retenu l’attention du jury composé d’élèves du secondaire. Le thème de l’évolution était imposé aux 18 participants de ce festival, qui provenaient entre autres de l’Égypte, de la Syrie, de l’Italie et de plusieurs pays d’Amérique latine.

Si tous les artistes ont interprété le sujet à leur manière, les craintes reliées à l’industrialisation et à la prolifération de l’informatique dans nos vies se retrouvaient dans plusieurs des créations.

Dans la sculpture sur bois qu’il a réalisée, Thomas Meloche a voulu rappeler que l’être humain est un produit de la nature et qu’il doit vivre en symbiose avec elle plutôt qu’en confrontation avec celle-ci.

L’oeuvre de Thomas Meloche représente un arbre entouré par une branche d’ADN.

«J’ai pris la bûche qu’on nous avait donnée et j’ai sculpté un arbre avec une espèce de branche d’ADN autour. Dans la branche, j’ai découpé le profil d’une femme enceinte, pour ne pas oublier d’où on vient et savoir où on s’en va», explique-t-il, quelques jours après son retour d’Europe.

Même s’il s’agissait d’une compétition, un esprit de camaraderie s’est rapidement installé entre les sculpteurs. Ils ont partagé leur savoir-faire.

«On est tous arrivés avec nos outils et on les a échangés. On a aussi fait des échanges de procédés. Je suis plus habitué de faire de la sculpture avec des chainsaws et des buffers et de travailler vite. Là-bas, j’ai eu du temps pour jaser avec le public et perfectionner mon travail. J’ai développé une approche plus tranquille, en travaillant avec des ciseaux, et je suis allé chercher plus de détails», raconte l’artiste de Sainte-Rose-du-Nord à propos de ce qu’il a appris pendant ce voyage.

Thomas Meloche espère que cette aventure lui permettra de développer et de conserver des liens avec les créateurs internationaux qu’il a connus pendant son passage en France. L’artiste a entretenu une bonne relation avec Rashid Nazih, un sculpteur égyptien, pendant les huit jours du festival. Partageant avec lui un intérêt pour le travail brut, il voudrait l’inviter prochainement dans la région.

De la nature à l’être humain a retenu l’attention d’un jury composé de jeunes élèves.

Le festival rend hommage à l’artiste Camille Claudel, qui était la collaboratrice et la muse du sculpteur Auguste Rodin. Il est tenu dans le village natal de celle-ci.