Pour Marjolaine Vézina, présidente du conseil d’administration du Salon du livre, l’intérêt envers le livre persiste.

Salon du livre: un intérêt qui ne s’essouffle pas

Avec 19 741 entrées payantes pendant la 54e édition, les organisateurs du Salon du livre de Saguenay sont satisfaits de l’intérêt constant que la population porte au livre dans toutes ses formes, en cette ère où les gens ont de plus en plus les yeux rivés sur des écrans.

« L’intérêt est là plus que jamais, indique Marjolaine Vézina, présidente du conseil d’administration du Salon du livre de Saguenay. Je ne sais pas si on veut contrebalancer l’omniprésence de l’électronique... On voit beaucoup de jeunes enfants avec leurs parents ou leurs grands-parents. De plus en plus, les gens ont besoin d’un retour au naturel. Un livre, ça ne peut pas être plus vrai. »

Pour la 54e édition de ce rendez-vous automnal conçu pour les amoureux des livres, l’achalandage tourne encore autour de 20 000 visiteurs, un chiffre qui se maintient année après année. « Ce ne sera pas une année record, mais ç’a été une très belle édition », pense Mme Vézina.

Auteurs connus

L’édition 2018 se démarque par la présence de plusieurs célébrités dont la profession d’auteur n’est pas le premier métier. Les auteurs que l’on connaît grâce au petit écran ou à l’industrie de la musique ont obtenu un franc succès auprès du public.

« Patrice Godin a beaucoup aimé son salon. Il est venu nous voir malgré le travail qu’il a ces temps-ci. Il a vendu tous ses livres. Francine Ruel était très fière aussi de ce que sa visite a donné », explique Marjolaine Vézina. En plus d’eux, le salon a reçu la visite de l’humoriste et animateur Jean-François Baril, de l’actrice Louise Portal ou encore de la musicienne Stéphanie Lapointe.

Salon convivial

Le Salon du livre de Saguenay, qui ouvre la saison des rendez-vous littéraires au Québec, permet aux auteurs et aux éditeurs de se retrouver, après la période estivale.

« Les gens sont heureux de se revoir. On est un salon réputé pour la convivialité. C’est important pour nous », ajoute Marjolaine Vézina.

Plus de 300 auteurs étaient présents à l’hôtel Delta pendant le week-end. On comptait environ le même nombre d’activités tant dans les murs du centre des congrès, où se tient l’événement, qu’à l’extérieur.

En dehors des chiffres de visite, l’essentiel pour Marjolaine Vézina demeure que tous vivent une expérience agréable. « Ce qui est important pour nous autres, c’est de voir que les gens du salon, les auteurs, les éditeurs, mais aussi ceux qui viennent nous visiter, sont heureux », raconte-t-elle en entrevue, quelques heures avant la fin du salon.