La municipalité de Sainte-Rose-du-Nord est la source d’un concours de photos et de poésie.
La municipalité de Sainte-Rose-du-Nord est la source d’un concours de photos et de poésie.

Sainte-Rose-du-Nord en images et en mots

Daniel Côté
Daniel Côté
Le Quotidien
Qu’est-ce qui est beau pour moi à Sainte-Rose-du-Nord?

Question toute simple en apparence, puisqu’on pense spontanément à la vue sur le fjord du Saguenay, aux maisons anciennes, ainsi qu’aux créations de ses nombreux artistes et artisans. Or, chacun porte un regard différent sur la vie et les choses, comme l’a exprimé Bob Dylan lorsqu’il a dit: « J’aime la beauté des choses laides ».

Toutes les options méritent d’être envisagées et c’est avec cette perspective en tête que Marie-Josée Paradis, coordonnatrice de la bibliothèque municipale, invite les gens du village, mais aussi de l’extérieur, à participer à un concours de photos et de poésie. Ils peuvent le faire seuls ou en tandem, en soumettant leurs propositions d’ici au 7 septembre.

«Il s’agit de la première édition et l’objectif est d’inciter les gens à regarder le beau, ce qui les émeut et les transforme. C’est dans cette direction que je souhaite les amener», a-t-elle énoncé mardi, à l’occasion d’une entrevue accordée au Quotidien. Toutes les personnes âgées de 18 ans et plus sont éligibles et c’est un jury qui déterminera l’identité des lauréats.

Coordonnatrice de la bibliothèque municipale de Sainte-Rose-du-Nord, Marie-Josée Paradis invite les personnes de la région à participer à un concours de photos et de poésie dont le thème se définit comme suit: Qu’est-ce qui est beau pour moi à Sainte-Rose? Elles ont jusqu’au 7 septembre pour soumettre leurs propositions.

Trois prix seront attribués, soit une excursion à bord de La Marjolaine, une sortie en kayak de mer jumelée à un repas chez Rose Café, de même qu’une ballade avec le conteur Ken Villeneuve qui prendra un tour gourmand, grâce aux produits de la boulangerie La meunière et la tortue. D’autres récompenses couronneront les oeuvres ayant suscité un coup de coeur.

«En mettant tout ça ensemble, nous réunirons de 20 à 25 photographies et poèmes qui feront l’objet d’une exposition tenue à la bibliothèque, du 25 septembre au 25 octobre. Elle coïncidera avec les Journées de la culture, qui ont été prolongées cette année», fait observer Marie-Josée Paradis.

Il sera possible de la visiter malgré les restrictions découlant de la pandémie, de la même manière que les abonnés arrivent à emprunter des documents en prenant rendez-vous avec elle, une pratique implantée avec succès depuis plusieurs mois. Se disant réaliste, la coordonnatrice croit qu’il en sera ainsi pendant une autre année. Alors, autant se faire une raison.

À propos de l’envoi des photographies, par ailleurs, Marie-Josée Paradis précise qu’il doit se faire par le biais de fichiers JPEG ne dépassant par 5 Mo. On les achemine à l’adresse ste-rose@reseaubiblioslsj.qc.ca, accompagnées du texte s’y rapportant. « La poésie permettra de voir les images d’une façon différente », anticipe la Roseraine.

Si la participation le justifie, il n’est pas impossible qu’une deuxième édition soit tenue à Sainte-Rose-du-Nord. Il se pourrait également que ce concept fasse des petits ailleurs dans la région, par le truchement du Réseau Biblio. «On me dit qu’il y a de l’intérêt pour ça, comme pour la mise en place d’une exposition régionale. C’est une graine qu’on sème», indique Marie-Josée Paradis.