La pièce Appelez-moi Stéphane, mise en scène par Dario Larouche, est présentée à La Pulperie jusqu’au 15 août.

Saïa et Meunier font rire et réfléchir

De l’absurde, des personnages caricaturaux, des rires, mais aussi une réflexion sur la manipulation. Après avoir offert un trio de farces médiévales en 2016, puis une comédie en trois actes de 1892 en 2017, La Pulperie et le Théâtre 100 Masques explorent un tout autre registre avec Appelez-moi Stéphane, une pièce qui s’inscrit dans la plus pure tradition du théâtre d’été.

Mardi, soir de première, les dizaines de chaises alignées dans le Bâtiment 1912 de La Pulperie étaient toutes occupées, signe que le choix de présenter une pièce contemporaine cet été suscite l’intérêt du public. Le Théâtre 100 Masques en est à sa troisième production estivale dans le bâtiment dont le charme opère chaque fois.

La compagnie a opté pour Appelez-moi Stéphane, pièce écrite par Louis Saïa et Claude Meunier au début des années 80 et dont le texte a été revisité il y a quelques années.

Théâtre d’été rime avec légèreté, mais ça n’empêche pas de traiter avec comique des sujets plus sérieux. C’est ce que propose la pièce qui, en plus d’aligner les répliques comiques, traite de manipulation et d’incommunicabilité.

Dans Appelez-moi Stéphane, cinq personnages colorés s’inscrivent à des cours de théâtre. Leur professeur, Stéphane, un comédien raté qui prend des allures de gourou, les pousse à présenter une pièce dans laquelle chacun d’eux jouera une partie de sa propre histoire. Stéphane manipule ses élèves jusqu’à ce que le jeu prenne des airs de drame.

La pièce permet d’apprécier le talent comique de six comédiens de la région.

Dans la salle, les rires d’abord nombreux se sont estompés pour faire place au drame.

Les six personnages de la pièce mise en scène par Dario Larouche sont forts, interprétés avec brio par l’équipe du 100 Masques. Bruno Paradis incarne un Stéphane convaincant et manipulateur à souhait. Il est appuyé par une Josée Gagnon (Louison Doré) très habile en comédie. Patrick Simard propose un Réjean Bourque dont la gestuelle et les expressions faciales suffisent à provoquer les rires. Une aptitude que possède également Mélanie Potvin qui incarne Gilberte Grenon. Éric Chalifour en Jean-Guy Poupart et Maude Cournoyer en Jacqueline Dugas offrent à la fois une performance humoristique et une escalade émotive réussies.

Le décor est plutôt simple, composé de tables et de chaises pliantes dépareillées qui subissent les assauts des comédiens. Il n’en fallait pas plus.

Seul petit bémol, la pièce aurait gagné à être quelque peu écourtée. Avec l’entracte de 15 minutes, le public doit compter près de 2 h 20 pour la représentation.

Appelez-moi Stéphane est présentée les mardis et mercredis à 20 h, jusqu’au 15 août.

Le coût d’entrée est de 24 $ pour un adulte, 21 $ pour un étudiant et 16 $ pour un enfant de 6 à 17 ans. Un tarif spécial de 21 $ par personne est également offert pour les groupes de 15 personnes et plus.

Les billets sont en vente à la billetterie de La Pulperie et au 418-698-3100 poste 1318.