Le Festival international des Rythmes du Monde ainsi que tous les festivals et événements membres du Regroupement des événements majeurs internationaux (REMI) et de Festivals et Événements Majeurs Canada (FAME) s’unissent afin de demander au gouvernement canadien de les soutenir.

Rythmes du Monde: pour un meilleur soutien financier

Le Festival international des Rythmes du Monde (FIRM) de Saguenay réclame un meilleur soutien du gouvernement canadien. Le FIRM, de même que tous les festivals membres du Regroupement des événements majeurs internationaux (REMI) et de Festivals et Événements Majeurs Canada (FAME) s’unissent pour revendiquer la création d’un meilleur environnement d’affaires pour les festivals.

Au cours des dernières années, le FIRM a subi des pertes de subventions importantes du gouvernement canadien.

« On est très touché. On est passé de 393 000 $ de subventions du gouvernement du Canada en 2009 à 27 500 $ en 2018 », détaille Marie-Kim Bouchard, responsable des communications et du marketing du Festival international des Rythmes du Monde de Saguenay. « Ce sont des coupes importantes. »

Les 27 500 $ reçus en 2018 ont été accordés pour l’embauche d’artistes locaux par Patrimoine Canada, ainsi que par Développement économique Canada pour le remboursement de dépenses hors Québec.

« Un programme de soutien a déjà été testé, mais malgré les retombées positives, le programme n’a pas été conservé », déplore Marie-Kim Bouchard.

Plusieurs festivals vivent des situations similaires. Quarante-cinq festivals et événements canadiens s’unissent donc et demandent au gouvernement canadien de garder les festivals sécuritaires, de soutenir leur croissance et de miser sur la création en accordant un soutien financier plus important.

Les associations ont soumis un plan intitulé « Plan pour un meilleur environnement d’affaires pour tous les festivals et événements » au ministère du Tourisme, du Patrimoine canadien, de la Sécurité publique et du Développement économique en ce sens.

À Saguenay, le FIRM demande également l’appui du député Richard Martel.

Selon le FIRM et le FAME, les coûts liés à la sécurité dans les festivals sont en croissance et représentent un poids financier important pour les organisations. Les associations proposent donc de leur donner accès à un programme existant de financement des projets d’infrastructure de sécurité pour les collectivités à risque.

« Le groupe demande un programme spécifique aux festivals et événements dont la capacité de générer de l’activité touristique et économique est avérée ou prometteuse, comme il en existe un au Québec et en Colombie-Britannique, et comme il y avait au gouvernement fédéral par le passé », affirme le groupe dans un communiqué émis lundi.

Le groupe affirme également que le budget de Patrimoine canadien est le même depuis 10 ans alors que la demande a augmenté de 30 % au cours des cinq dernières années. Le groupe demande de réinvestir dans le volet Soutien à la programmation : Festivals artistiques et diffuseurs de saisons de spectacles professionnels du Fonds canadien de présentation des arts et hausser le budget du programme Développement des communautés par le biais des arts et du patrimoine (volet festivals locaux).

« On se met ensemble afin de créer un mouvement et de faire pression collectivement sur le gouvernement », conclut Marie-Kim Bouchard.