Le maître du reggae dancehall a livré une performance sans temps morts, comprenant des tubes que tous entonnaient.

Rythmes contagieux

Le centre-ville de Chicoutimi s’est vu paralysé, jeudi soir, à l’occasion de la venue de l’artiste de renommée internationale Sean Paul. Rarement le site de la Zone portuaire avait reçu autant de mélomanes, venus se déhancher sous les rythmes contagieux du Jamaïcain dont tout le monde a entendu parler. Si 10 000 entrées avaient trouvé preneurs, force est de constater que la scène Ubisoft-Le Quotidien a battu des records d’audience lors de l’ouverture du 10e Festival des bières du monde de Saguenay.

Sean Paul a déplacé énormément de monde, la température et l’accessibilité aidant. Il fallait par contre compter de nombreuses minutes afin d’atteindre le site, envahi par une impressionnante file de fans venus danser avec le roi du reggae dancehall, mais la spectaculaire logistique a permis à tout ce beau monde d’entrer et d’être adéquatement réchauffé par DJ Groove, qui a, à l’aide de ses basses entraînantes, mis la table pour l’arrivée du chanteur ayant vendu 10 millions d’albums à travers la planète.

Vraisemblablement, la scène Ubisoft

Comprenant un drapeau de la Jamaïque trônant au milieu, un large écran principal ainsi que deux écrans latéraux, la scène Ubisoft-Le Quotidien n’a pas été déserte très longtemps, et ce sont les cris tonitruants de la foule compacte qui ont annoncé l’arrivée sur les planches de Sean Paul, à 22 heures tapantes. Précédé d’un montage rétrospectif de sa carrière, comprenant apparitions publiques ainsi que des extraits de vidéoclips, le chanteur à la voix suave est apparu accompagné de deux danseuses.

Ceux qui auraient cru que l’artiste allait favoriser l’échantillonnage en ont pris pour leur rhume: c’est pas moins de deux claviéristes, auxquels se greffaient un bassiste, un batteur ainsi qu’un DJ qui ont fait résonner les puissantes mélodies de Sean Paul dans l’enceinte chicoutimienne. Il n’a fallu que quelques notes pour que celui qui accumule les prestigieuses collaborations agite les bras de gauche à droite, geste qui fut immédiatement repris par l’auditoire en liesse. Et c’est avec Get Busy que la fête a commencé ardemment, le tube étant joué à une cadence beaucoup plus rapide que d’habitude. Malgré la pénombre, l’impressionnant éclairage permettait de parier que chaque personne a succombé avec un déhanchement de circonstances aux mélodies communicatives.

À grand déploiement, la venue de Sean Paul a charmé un audtitoire festif, qui se déhanchaient allègrement.

Sans temps mort
En à peine vingt minutes, la vedette avait livré quantité de hits: Give It Up To Me a permis au Jamaïcain d’enlever son blouson rose et de s’entretenir avec la foule. « I want to see your hands in the air!», a lancé Sean Paul, une boutade qui a eu l’effet d’une bombe alors que Got 2 Luv U était entamé par ses musiciens. Chaque pièce se voyait supportée sur l’immense écran derrière, lequel diffusait des extraits des clips en question. Cheap Thrills a ainsi obtenu un effet monstre, à la suite de quoi l’artiste a salué plus personnellement l’auditoire. «Thank you very much Québec! Are you ready?» a fait vibrer Sean Paul avant d’entamer Baby Boy, dans laquelle il figure avec Beyoncé. Livrés en version écourtée, sans aucune pause, les hits de Sean Paul ont tout à fait charmé une foule qui lui a rendu par ses mouvements énergiques.