Robin Tremblay et sa partenaire, Julia Hayko

Robin Tremblay, l'as de la salsa

Le danseur originaire de Roberval, Robin Tremblay, a réalisé un de ses rêves en ce début d’année. Celui pour qui la pratique de la salsa est une histoire de passion a atteint la finale du World Salsa Summit. Il s’y est classé cinquième au monde avec sa partenaire Julia Hayko chez les amateurs.

La compétition, qui présente des épreuves de salsa et de bachata pendant cinq jours, accueille des danseurs de partout sur la planète. On y retrouve des participants qui proviennent tant d’Europe que d’Amérique latine et d’Amérique du Nord. Les juges qui sélectionnent les gagnants des différentes catégories sont tous des sommités dans leur domaine.

C’est en direct de Miami, alors que cette semaine folle venait de prendre fin dimanche, que Robin Tremblay a répondu aux questions du Quotidien. Celui qui a fondé son entreprise de soutien informatique au Lac-Saint-Jean et qui fait maintenant des affaires à partir de Montréal était fier du travail accompli et de ses résultats.

« Dans ma catégorie, il y avait une soixantaine de couples. On s’est rendu jusqu’en finale. Ils prenaient dix couples, on s’est classés cinquièmes. Mon but, c’est de poursuivre. Peut-être de gagner des rangs et d’avoir un podium l’année prochaine », lance celui qui se décrit comme un passionné de la danse.

Robin Tremblay et sa partenaire Julia Hayko se sont classés cinquièmes au monde dans leur catégorie, au World Salsa Summit.

Affaires

Plus jeune, Robin Tremblay a hésité entre démarrer une entreprise et la danse. Ayant fait le choix de se lancer d’abord en affaires, il retourne à la danse au tournant de la trentaine. « En parallèle, j’ai commencé à pratiquer les danses sociales et je suis tombé en amour avec les danses typiquement latines, la bachata, le merengue, toute ces choses-là », raconte-t-il, ajoutant que c’est l’esprit de groupe et l’envie de faire de la scène qui l’animent à ce moment, plutôt que celui de faire des compétitions.

Cette participation dans des équipes de danse l’amènera à se produire sur scène dans plusieurs villes d’Amérique, des Bermudes jusqu’à Los Angeles en passant par New York.

Partenaire

Après une pause, Robin Tremblay s’est remis plus sérieusement à la salsa l’an denier. C’est son entourage qui le pousse à se lancer dans la danse compétitive. « Mon coach trouvait que j’avais un bon niveau. Il m’a encouragé. J’étais rendu là en tant que danseur. C’était le bon moment, j’avais un bon niveau de forme », explique celui qui se décrit comme un des plus vieux participants du World Salsa Summit.

Robin Tremblay n’aurait pas pu obtenir de si bons résultats sans la complicité qu’il possède avec sa partenaire, Julia Hayko, avec qui il a partagé cette aventure.

« On a commencé à travailler ensemble dans une troupe. On a une belle connexion ensemble. Quand on parle de connexion, c’est autant au plan humain que sur le plan de la danse. On se ressemble beaucoup » explique M. Tremblay.

Si Julia Hayko espère se diriger vers une carrière de danseuse professionnelle, pour Robin Tremblay, cette cinquième place dans une compétition des plus relevées représente un de ses plus grands accomplissements personnels.

« C’est le cœur et la passion qui me poussent à aller là », affirme le danseur originaire de Roberval, à la veille de son retour au Québec.