Comme premier client cet hiver, Ariane (Mélissa Désormeaux-Poulin) représentera Vincent Mayer (Yan England), une vedette de la télévision dont la femme, Emmanuelle Duhaime (Mylène Mackay), avec qui il forme aussi un couple à l’écran, le salit en pleine télé, et lui demande le divorce.

Ruptures: balance ton porc!

CHRONIQUE / Si j’avais besoin d’une boule de cristal fiable, j’emprunterais celle de Daniel Thibault et Isabelle Pelletier, les auteurs de Ruptures. Bien avant la vague de dénonciations qui a marqué notre automne, le duo avait imaginé la chute de Jean-Luc de Vries (Normand D’Amour), pire salaud du moment à la télé, dénoncé par des femmes, victimes du prédateur sexuel. Un coup de théâtre qui a poussé Ariane (Mélissa Désormeaux-Poulin) à rappeler à son ancien patron qu’il l’avait violée.

De Vries n’a pas fini d’en baver, mais le croire vaincu serait sous-estimer sa vilenie. Et Claude Boily (Isabel Richer) pourrait bien en payer le prix, dans cette troisième saison tout à fait d’actualité, diffusée dès le lundi 8 janvier à 20h, sur ICI Radio-Canada Télé. Les trois premiers épisodes, montrés aux journalistes, donnent furieusement envie de voir la suite. Voilà une série qui tient en haleine, aux rebondissements efficaces, aux percutantes répliques, et portée par des comédiens et, surtout, des comédiennes, tous des plus convaincants. François Camirand a aussi coécrit quatre des 12 épisodes, réalisés pour la deuxième année par François Bouvier. Le droit de la famille est toujours au centre de l’oeuvre, inspirée de la longue expérience de l’avocate Suzanne Pringle.

On reprend donc au lendemain de ce fameux gala où des femmes ont dénoncé publiquement leur agresseur. De Vries devient à ce jour persona non grata à son grand cabinet d’avocats, et même Marie Rousseau (Catherine Trudeau), qui lui fut loyale jusqu’à ce jour, veut s’en débarrasser au plus vite. À contrecœur, Anne Lemieux (Geneviève Brouillette) redeviendra l’épouse au bras de son mari, le temps d’un éventuel procès. En parallèle de cette histoire, très présente cette saison, une autre risque de troubler Ariane encore plus : l’enquête sur le meurtre de son père a été rouverte. Un policier joué par Paul Doucet mènera l’enquête.

D’autres causes occuperont le cabinet d’Ariane, qui doit temporairement se départir des services de Claude, toujours accro à l’alcool et aux antidouleurs. On imagine facilement l’avocate impitoyable perdre patience en assistant à des rencontres de Dépendants anonymes. «Lève ton gros cul! […] Appeler sa mère à 40 ans pour chialer, grow up!» dira-t-elle à un homme déjà à terre. Chère Claude.

Premier client d’Ariane : Vincent Mayer (Yan England), une vedette de la télé, en pleine crise de couple. Défendue par Marie Rousseau, sa femme Emmanuelle Duhaime (Mylène Mackay), avec qui il forme aussi un couple à l’écran, le salit en pleine télé, et lui demande le divorce. La querelle dégénère rapidement, par médias interposés, et Mayer ira répliquer à Tout le monde en parle. Une des filles du couple s’en mêle aussi, en dévoilant sur le Web des détails de leur vie intime. Chacune de leur côté, les deux avocates perdront le contrôle de leurs clients.

La deuxième cause, plus troublante encore, concerne des parents (Myriam LeBlanc et Jeff Boudreault) accusés de sévices corporels par leur fille adoptive de 10 ans. Intervient la DPJ, qu’Ariane devra convaincre de l’innocence de ses clients. Intervient aussi le détective Alain Grimard (Serge Postigo), qu’Ariane enverra espionner l’enfant, une tâche plutôt délicate.

Ariane doit beaucoup aimer Antoine (Guillaume Lemay-Thivierge) pour accepter de rencontrer son épouse (Isabelle Giroux), aux prises avec la sclérose latérale amyotrophique, et qui souhaite connaître sa «rivale». Antoine avait promis à sa femme de ne pas tomber amoureux d’une autre, mais les choses ont changé. De son côté, Claude voit réapparaître sa sœur Caroline (Catherine Proulx-Lemay), qui souhaite s’installer en ville avec son mari canadien-anglais et leur fille. L’auteur Daniel Thibault annonce déjà que Caroline sera frappée par un événement dramatique à la mi-saison.

TLMEP NUMÉRO UN

L’absence de La voix junior n’a certainement pas nui à Tout le monde en parle, qui a rallié dimanche 1261 000 téléspectateurs à ICI Radio-Canada Télé. À TVA, L’expérience Messmer, où des vedettes ont pris un sac à main pour un crocodile, a attiré 1013 000 curieux. À V, Occupation double Bali a obtenu son meilleur score de l’automne, avec 634 000 amateurs, qui ont assisté au départ de Noémie.