Matt Tremblay a quitté son domicile de New York pour rencontrer les jeunes du programme Arts et métiers de la scène de Jonquière. Il est absolument ravi de revenir à son ancienne école.

Retour aux sources pour Matt Tremblay

Des Escoumins à New York, en passant par Saguenay. L’artiste multidisciplinaire Matt Tremblay, qui danse pour les grands noms de la pop et qu’on commence à voir dans plusieurs séries à succès au Québec, effectue un véritable retour aux sources. Parrain du Festival 2 jours à vivre au théâtre, du programme Arts et métiers de la scène de Jonquière, Matt Tremblay est plus qu’enthousiaste de rencontrer les jeunes et de leur partager son parcours, parfois parsemé d’embûches, mais surtout porté par une grande persévérance.

Matt Tremblay était encore un enfant lorsqu’il a commencé à danser. Dans sa maison des Escoumins, sur la Côte-Nord, le petit imitait les chorégraphies des Backstreet Boys et Jennifer Lopez de ce monde. Le jeune garçon s’est vite découvert une passion pour cette forme d’art, qu’il a osé alimenter, faisant fi des railleries et de l’intimidation qu’il subissait. 

« Disons qu’un petit garçon qui danse, dans une petite communauté, ce n’était pas très courant. Je me suis fait intimider, mais ça ne m’a pas empêché de danser. Pendant les quelques minutes que durait une chanson, j’étais cool », raconte Matt Tremblay, rencontré dans les bureaux du Quotidien, mercredi matin.

Lorsqu’il était en sixième année, le jeune garçon a participé au Gala des Méritas de son école, en faisant un numéro de danse. Le hasard (ou le destin) a fait en sorte que la directrice de l’Académie de danse du Saguenay se trouvait dans la salle. « Elle m’a dit que j’avais beaucoup de talent. Et, à cette époque, un garçon qui dansait, c’était une denrée rare ! L’académie offrait des cours sur la Côte-Nord et je me suis inscrit. C’est comme ça que tout a commencé », explique Matt Tremblay. Il a finalement déménagé au Saguenay à la fin de son secondaire, pour étudier au sein du programme Arts et métiers de la scène de l’École polyvalente Jonquière. Il a donc fait partie de la toute première cohorte du programme. Aujourd’hui, il revient rencontrer les étudiants, auxquels il offrait d’ailleurs une conférence, mercredi. Jeudi, il sera également de la partie, alors que plusieurs ateliers sont organisés pour les jeunes. L’événement est orchestré par le programme, en collaboration avec le Théâtre La Rubrique. 

« Mon message est surtout de leur parler de persévérance. À talent égal, la différence, c’est celui ou celle qui se lèvera un matin de plus que les autres. J’ai dû avoir 98 % de non pour 2 % de oui ! Mais j’ai continué. J’avais mon objectif, je voulais danser à New York. Je ne savais juste pas quelle route m’y mènerait », confie Matt Tremblay. 

Après son secondaire, le jeune homme a joint les rangs de Québec Issime, au sein du spectacle Expressio. C’est en 2006 qu’il a pris la route pour New York, où il réside toujours. « J’ai auditionné pour plusieurs grands noms de la danse et ç’a eu un effet domino. Ç’a surtout commencé lorsque j’ai décroché un contrat pour MTV et j’ai participé au film Magic Mike. Ensuite, j’ai travaillé avec Nicki Minaj, Bon Jovi, [Justin] Timberlake et beaucoup d’autres ! Ça n’a jamais vraiment arrêté », raconte l’artiste, qui qualifie la danse comme son véhicule principal. Son 18 roues, qu’il appelle. Mais il est aussi musicien, chanteur et comédien. « C’est important d’avoir plusieurs cordes à son arc. C’est un peu comme ça dans tous les domaines, qu’on soit artiste, menuisier ou épicier », ajoute le danseur. 

Matt Tremblay lorsqu’il a joué dans la comédie musicale Mary Poppins.

De retour au Québec

En 2013, il joint les rangs de la comédie musicale Hairspray de Denise Filiatrault. « J’ai tellement appris avec Denise. Elle a tout ce qu’il faut avoir pour enseigner ! Ç’a été une expérience extraordinaire, qui m’a permis de décrocher des rôles dans des séries comme 30 Vies, Trauma et District 31. J’ai même été dans l’épisode de Fugueuse de lundi ! », lance celui qui y jouait le caméraman du clip de Damien. 

Bien qu’il soit toujours établi à New York, Matt Tremblay revient au pays avec le plus grand des plaisirs. « Travailler avec des artistes comme René Simard, ça vaut plus pour moi que travailler avec Nicki Minaj. C’est exceptionnel de pouvoir faire ce que j’aime ici, chez nous. Et revenir au Saguenay, où ma sœur vit toujours d’ailleurs, c’est vraiment un plaisir. Tout comme retourner aux Escoumins pour visiter mes parents. C’est drôle, car je me revois souvent pêcher sur le lac avec mon père alors que parfois, je suis assis dans le métro de New York avec lui ! », affirme Matt Tremblay en riant. 

L’année 2018 s’annonce chargée pour l’artiste. En plus de participer à plusieurs projets télé dont il ne peut pas trop parler pour le moment, il travaille sur un album qui devrait être lancé d’ici la fin de l’année, en plus d’enseigner la danse. Il revient d’ailleurs d’un séjour d’enseignement à Taiwan. Il continue également de se promener avec son single, Fast and Slow.

« Disons que ma passion est comme un feu, plus on l’alimente et plus elle grandit. Je suis bien au chaud présentement ! », image l’artiste.

Nul doute que le discours inspirant de Matt Tremblay trouvera un écho chez les jeunes des Arts et métiers de la scène de Jonquière. « Je suis vraiment, mais vraiment content d’avoir été invité ! », souligne-t-il.

Le danseur en compagnie de la star Nicki Minaj, avec qui il a travaillé.