Nicolas Ellis a dirigé ses parents, dimanche, lors de l’ouverture du Rendez-vous musical de Laterrière.

Rendez-vous musical de Laterrière: faire tomber les chapeaux

Le Rendez-vous musical de Laterrière s’enorgueillit de créer des rencontres entre les artistes et le public. Il fait tomber les barrières entre les musiciens qui visitent ce coin de Saguenay, une semaine en août.

Cette année, pour sa 13e édition, le festival a des allures familiales. Le pianiste et chef d’orchestre Nicolas Ellis a dirigé ses parents, David Ellis et Nathalie Camus, dimanche, et jouera en leur compagnie mercredi (aujourd’hui).

En plus des Ellis-Camus, les Lamontagne se produiront aussi ensemble durant ce festival. Pierre Lamontagne dirigera le concert de fermeture dans lequel son fils François tiendra son violon.

« Le Rendez-vous musical de Laterrière, c’est ça. Un amalgame des générations, d’étudiants et de professeurs, des musiciens d’ici et d’ailleurs. Il n’y a plus de chapeaux qui tiennent et tout le monde se rencontre », explique Nicolas Ellis, à propos de l’événement pour lequel son père occupe les fonctions de directeur artistique.

Travailler avec ses parents se fait de manière naturelle, pour Nicolas Ellis. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’il les dirige. « C’est agréable. On a une relation assez simple, où il n’y a aucune tension et où il n’y a rien de forcé. Ça se fait toujours avec beaucoup de plaisir et dans l’humour », indique le musicien qui a été formé au Conservatoire de Chicoutimi, mais qui habite maintenant à Montréal.

Au piano

Celui qui fait surtout carrière comme chef d’orchestre n’a plus l’occasion de jouer devant public autant qu’il le désire. Il profitera donc pleinement du concert de mercredi, intitulé Parmi les grands ! , une soirée en quatre parties.

On y entendra les compositeurs Barrière (Sonate à deux violoncelles), Mozart (Quintette pour cordes et cor), Norman (Gran Turismo pour 8 violons) et Dvorak (Quintette pour piano et cordes op. 81).

« J’essaie de me créer quelques opportunités par année pour jouer. Ça me manque un peu parfois », mentionne-t-il.

Le Rendez-vous musical de Laterrière a lieu jusqu’à dimanche.

Le programme de mercredi a été monté par David Ellis. En plus d’y jouer avec son fils, il accompagnera un de ses étudiants dans la pièce pour deux violoncelles de Barrière. Nicolas Ellis, lui, dit le plus grand bien de Gran Turismo.

« C’est pour huit violons. C’est très rythmique et super intense et, quelque part, un peu chaotique. Ça demande des qualités de virtuose et c’est très difficile à mettre en place. Ça va offrir un beau contraste avec le côté lyrique de Dvorak et Mozart », expose celui qui a fondé son propre ensemble, l’Orchestre de l’Agora, qui veut sortir la musique classique de son cadre habituel.

Géométrie variable

Dans le courant de la semaine, les musiciens s’échangent les rôles et profitent d’un peu de bon temps dans le village champêtre de Laterrière.

« Ce qui donne la ligne directrice au rendez-vous, c’est d’avoir toujours les mêmes musiciens qui travaillent dans différentes formations, et que ça soit toujours à géométrie variable », lance Nicolas Ellis. L’intensité monte à mesure que la semaine progresse.

Le pianiste et chef d’orchestre, Nicolas Ellis.

Parmi les autres événements à ne pas manquer, le chef de l’Orchestre de la Francophonie originaire de la région, Jean-Philippe Tremblay, sera à Laterrière vendredi pour diriger la Soirée de Sérénades, qui met Mozart, Britten et Tchaikovsky au programme.

Le Rendez-vous musical de Laterrière est présenté jusqu’à dimanche, à l’église.