La violoniste Jessy Dubé et la pianiste Andréa Tremblay-Legendre interprèteront des sonates de Brahms et de Raff, le 28 décembre.

Rencontre entre Brahms et Raff

Parmi les compositeurs de l’époque romantique, Johannes Brahms est rapidement cité par les amateurs de musique. Son grand ami Joachim Raff, qui était pourtant bien populaire au 19e siècle, a plutôt été oublié. Leurs oeuvres seront réunies le temps d’une soirée, le 28 décembre à 19 h 30 au Conservatoire de musique de Saguenay, avec la pianiste Andréa Tremblay-Legendre et la violoniste Jessy Dubé.

Le concert Brahms rencontre Raff est produit par Sakka Music, le nouveau projet du musicien Gaël Chabot-Leclerc. Originaire de Saguenay, il roule sa bosse depuis quelques années à Vancouver. Il y a deux ans, il avait déjà présenté un autre spectacle sous le même concept, Tchaïkovski rencontre Catoire. Cette fois, le contenu est plus élaboré, avec une causerie animée par le producteur à 18 h 45 pour faire découvrir l’histoire des deux compositeurs.

« Par exemple, quand Brahms a composé son premier concerto pour piano, il a fait une tournée pour le présenter, raconte Gaël Chabot-Leclerc. Ce n’était pas la meilleure chose au monde, il n’était pas très bien reçu. Un jour, il passait dans la ville de Raff, qui a assisté au concert. Il était vraiment aimé à l’époque. À la fin du spectacle, il s’est levé pour applaudir, et tout le monde a suivi. Les gens se disaient, il est bon, s’il aime ça, c’est que ce doit être bon ! Brahms lui avait écrit une lettre après pour le remercier. »

Le 28 décembre, Andréa Tremblay-Legendre et Jessy Dubé interpréteront la Sonate No.1, opus 78 de Brahms, puis la Sonate pour violon No. 1, Opus 73 de Raff, des morceaux de musique de chambre. Tout comme Gaël Chabot-Leclerc, les deux musiciennes sont des finissantes du Conservatoire. 

« C’est toujours plaisant de retrouver notre alma mater, là on a passé des heures à pratiquer », confie le producteur.

Avec Sakka Music, Gaël Chabot-Leclerc s’est donné la mission de mettre la lumière sur des « trésors de la musique classique » qui sont restés cachés en raison de circonstances historiques. Pour ne pas trop déstabiliser le public, un compositeur plus connu est allié à celui plus obscur, en s’appuyant sur une relation professionnelle, amicale ou encore éducative. 

« Beaucoup de professeurs ont eu moins de succès que leur élève. Ce n’est pas comme aujourd’hui où on peut prendre l’avion et étudier n’importe où. À l’époque, ça se passait surtout en Europe et tout le monde était interrelié », explique celui qui est passionné par les oeuvres oubliées. 

La médiathèque virtuelle de partitions de musique dans le domaine public IMSLP facilite les recherches. Gaël Chabot-Leclerc espère faire avancer son projet en misant sur les réseaux sociaux pour faire découvrir des compositeurs.

On peut se procurer les billets pour Brahms rencontre Raff en ligne au www.sakkamusic.com ou à la porte le soir même. Le coût est de 20 $ pour les adultes, 5 $ pour les étudiants et gratuit pour les moins de 12 ans.