La directrice générale de REGARD, Marie-Élaine Riou, croit que la ville de Québec serait bien servie par sa programmation taillée sur mesure pour le marché estival. L’expérience acquise au Saguenay-Lac-Saint-Jean, depuis plusieurs années, profitera bientôt à d’autres communautés souhaitant voir des films à la belle étoile.
La directrice générale de REGARD, Marie-Élaine Riou, croit que la ville de Québec serait bien servie par sa programmation taillée sur mesure pour le marché estival. L’expérience acquise au Saguenay-Lac-Saint-Jean, depuis plusieurs années, profitera bientôt à d’autres communautés souhaitant voir des films à la belle étoile.

REGARD à Québec?

Si la ville de Québec n’arrive pas à s’entendre avec Les films Séville, ainsi que le Regroupement des distributeurs indépendants de films du Québec, son projet de ciné-parc pourrait-il s’appuyer sur un partenaire différent, à savoir REGARD, le Festival international du court métrage au Saguenay ? Bien qu’il soit trop tôt pour répondre à cette question, une chose est sûre, la direction du festival envisage sérieusement un tel scénario.

« Le court métrage constituerait une bonne alternative. En fait, ce serait une révolution, a commenté la directrice générale de REGARD, Marie-Élaine Riou, au cours d’une entrevue accordée au Quotidien. Nous attendons de voir comment la situation évoluera, mais il est clair que nous soumettrons une proposition à Québec. »

Le festival organise des projections estivales depuis plusieurs années, au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il sait comment rejoindre le public familial qui fréquente les séances en plein air, une expertise dont profiteront d’autres régions dans les prochains mois. Cinq municipalités ont déjà confirmé qu’elles accueilleront l’un de ces événements, une liste qui devrait s’allonger.

« Pour nous, c’est une belle façon de rebondir après le festival de cette année, écourté en raison de la crise sanitaire, énonce Marie-Élaine Riou. Nous croyons qu’il est important de maintenir le contact avec les cinéphiles et que cette nouvelle offre va marcher davantage que la tournée des ciné-clubs, de même que les projections tenues dans des lieux comme les bibliothèques. »

La formule soumise aux municipalités s’articule autour de trois propositions, toutes centrées sur le concept des projections en plein air. Les coups de coeur de la dernière édition, ainsi que les films récompensés, font évidemment partie de l’équation. « Voir des courts dans une auto, c’est une expérience. Tu es exposé à plusieurs émotions », fait valoir la patronne de REGARD.

Elle ne doute pas de l’intérêt que susciteraient ces productions si, d’aventure, elles étaient présentées sur les sites envisagés par l’administration du maire Régis Labeaume: ExpoCité et l’Aéroport de Québec. Rappelons cependant que le premier magistrat a laissé une dernière chance aux distributeurs de collaborer à ce projet. Ceux-ci ont jusqu’à midi, vendredi, pour ouvrir leur catalogue de films.