Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Un record est attendu pour la vente du<em> Lotus bleu </em>d’Hergé aux enchères
Un record est attendu pour la vente du<em> Lotus bleu </em>d’Hergé aux enchères

Record attendu pour Le Lotus bleu d’Hergé aux enchères

Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
PARIS — Tintin vêtu à la chinoise émergeant d’une jarre, nargué par un inquiétant dragon rouge: la maison Artcurial met aux enchères jeudi le génial dessin créé par Hergé en 1936 pour la couverture du Lotus bleu, une «pièce exceptionnelle» à l’histoire mystérieuse, estimée à plus de deux millions d’euros (3,1 M$).

Ce petit dessin exquis à l’encre de Chine, gouache et aquarelle dépassera-t-il le record de 2014 qu’avait atteint le dessin des pages de garde des albums de Tintin, vendu 2,51 millions d’euros (3,9 M$) par la même maison de ventes française ?

Le lotus bleu est un des chefs d’œuvre du dessinateur belge. L’album marque un tournant dans sa création. Les planches paraissent en 1934-35 dans la revue le Petit-Vingtième, avant la publication de l’album en 1936.

Georges Rémi alias Hergé se passionne pour la Chine après sa rencontre avec un jeune diplômé de l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles, Tchang Tchong-Jen, avec lequel il noue une amitié à vie.

Après les fantaisies et aventures rocambolesques des premiers albums au style boy scout, George Rémi adopte un registre plus grave, humaniste et réaliste, dans cette intrigue où trafic de drogue et intervention armée du Japon se mêlent tragiquement.

Sur ce dessin, l’angoisse se lit sur les traits de Tintin et de Milou, qui sortent la tête d’une jarre de faïence bleutée, face à un effrayant dragon rouge sang, sur fond de mur noir parsemé de signes mystérieux.

La reproduction de ce dessin coûtait trop cher, il ne sera pas retenu pour devenir la couverture de l’album. Une version simplifiée est adoptée.

Un mystère entoure cette œuvre, mise aux enchères lors d’une vente en ligne à cause de l’épidémie: a-t-il été vraiment offert par Hergé au fils de son éditeur Louis Casterman, Jean-Paul, alors âgé de sept ans, comme l’affirment les héritiers de l’éditeur?

L’enfant l’aurait plié en six et gardé dans un tiroir, d’où la feuille de papier aurait été ressortie des décennies plus tard.

Des experts mettent en doute la véracité de cette histoire.

Pour Philippe Goddin, un des meilleurs connaisseurs de l’œuvre, «en mettant en vente le dessin, les Casterman ne sont coupables en rien. Ils ont cru à la légende que leur a transmis leur père». Mais il estime «éminemment suspect» le récit de Jean-Paul Casterman (mort en 2009) quand il affirmait avoir reçu ce dessin en cadeau.

Les traces de pliure sont certes visibles sur la feuille de papier, mais c’est parce que Hergé avait glissé le dessin dans une enveloppe pour l’envoyer au directeur adjoint de l’édition. Selon cette hypothèse, le dessin serait resté depuis 1936, avec beaucoup d’autres, en dépôt chez Casterman, et n’aurait nullement été offert.