Le quatuor vocal QW4RTZ, composé de François Dubé, de Philippe Courchesne Leboeuf, de François Pothier Bouchard et de Louis Alexandre Beauchemin, a séduit les quelque 500 spectateurs qui ont assisté à leur nouveau spectacle présenté dimanche après-midi au Théâtre Banque Nationale, à Chicoutimi.

QW4RTZ séduit à Chicoutimi

Le groupe QW4RTZ, un boys band a cappella, a séduit le public grâce à ses harmonies vocales, son humour et son énergie, dimanche après-midi, au Théâtre Banque Nationale, à Chicoutimi.

Quelque 500 personnes s’étaient déplacées afin d’assister au spectacle 4 gars, 4 voix, le troisième en carrière du groupe, composé de Louis Alexandre Beauchemin, de François Pothier Bouchard, de Philippe Courchesne Leboeuf et de François Dubé, présenté dans le cadre de la série Découvertes musicales de l’Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

C’est toutefois leur voix, comme seul instrument, que le quatuor vocal avait à proposer au public. Un concept qui avait déjà séduit plusieurs spectateurs, qui ont montré qu’ils n’en étaient pas à leur premier spectacle du groupe, lorsque sondé par le quatuor, en début de représentation.

Ceux qui ne les connaissaient pas ont laissé tomber plusieurs exclamations de surprise face aux prouesses rythmiques et vocales des quatre jeunes hommes.

Après une présentation de chaque membre sous un projecteur, accompagnée d’une narration humoristique donnant le ton au spectacle – dont la mise en scène est signée par Serge Postigo – QW4RTZ a proposé en ouverture un medley d’extraits de Deux par deux rassemblés de Pierre Lapointe, de J’aime les oiseaux de Yann Perreau et de Believer de Imagine Dragons. 

Un pot-pourri représentatif du répertoire diversifié du groupe qui rejoint tous les groupes d’âge, en allant aussi bien de Si les bateaux de Gilles Vigneault à Sweet Child O’ Mine de Guns N’ Roses.

Les courtes prestations sont entrecoupées d’échanges entre les membres du quatuor et la foule. Ils n’hésitent pas à se relancer ou à questionner des personnes du public. Leur interaction avec le public se poursuit pendant leurs prestations, eux qui n’hésitent pas à faire toutes sortes de mimiques, déclenchant ainsi le fou rire de certains, ou devrait-on dire, de certaines!

Difficile de croire, à certains moments, qu’aucun instrument ou enregistrement ne faisait partie du spectacle. La richesse des harmonies vocales du groupe et les rythmes de François Dubé – un beatboxer impressionnant – faisaient oublier qu’il n’y avait que quatre micros sur scène.

L’utilisation d’une console permettant d’enregistrer des sons devant public et de les faire jouer en boucle pendant quelques numéros a permis de multiplier la richesse musicale du quatuor. Une belle idée qui a permis notamment à François Dubé de démontrer l’étendue de ses capacités vocales.

Le quatuor vocal, fondé en 2010, a ensuite montré qu’il n’avait pas oublié ses racines, en profitant de ce nouveau spectacle pour rendre hommage à l’abbé Claude Thompson, fondateur de l’École des petits chanteurs de Trois-Rivières, moment pendant lequel Le Quotidien a dû quitter la salle qui vibrait au rythme de leurs quatre voix.