Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Dany Placard a tourné sous la direction du réalisateur Jean-Martin Gagnon, originaire de L’Ascension. Le fruit de cette collaboration prend la forme d’un clip illustrant la chanson <em>J’ai jamais su quoi dire</em>. Elle figurera sur le EP <em>Astronomie (suite)</em>.
Dany Placard a tourné sous la direction du réalisateur Jean-Martin Gagnon, originaire de L’Ascension. Le fruit de cette collaboration prend la forme d’un clip illustrant la chanson <em>J’ai jamais su quoi dire</em>. Elle figurera sur le EP <em>Astronomie (suite)</em>.

Quand Dany Placard devient Daniel Cabanon [VIDÉO]

Daniel Côté
Daniel Côté
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Depuis sa performance dans le court métrage Bleu Tonnerre, tout le monde sait que Dany Placard possède un talent pour le jeu. C’est pourquoi les clips inspirés par ses chansons suscitent un intérêt qui transcende la musique. On sait que l’artiste originaire de Laterrière ne livrera pas une interprétation ordinaire, ce que démontre une nouvelle fois l’oeuvre intitulée J’ai jamais su quoi dire.

Sa sortie mardi a permis de découvrir un petit bout du EP Astronomie (suite), lequel sera mis en marché le 29 janvier. Les accents psychédéliques sont encore de saison, comme ce fut le cas sur l’album J’connais rien à l’astronomie, lancé il y a un an. La différence est que les compositions sont plus courtes, ce dont témoignent les 3m 28 secondes que dure le film réalisé par Jean-Martin Gagnon, un cinéaste originaire de L’Ascension.

Une petite neige tombe au moment où l’alter ego du chanteur, portant le doux nom de Daniel Cabanon, conduit sa voiture à travers les bois, en direction d’une petite maison. Son occupante est une adepte du tir à l’arc et, sans le vouloir, elle s’est muée en Cupidon. Depuis qu’il a facilité l’achat de sa propriété, en sa qualité d’agent immobilier, monsieur Cabanon la voit ainsi dans sa soupe. Porté par une sorte d’euphorie, le voici qui se pointe en pleine nuit, sans s’être annoncé.

Sur une musique enjouée que ne renierait pas Dumas, on décèle un voile d’inquiétude sur le visage de la dame. Le malaise est vite dissipé, toutefois, puisque l’homme explique qu’il est venu récupérer son affiche. Son interlocutrice finira par la conserver, un geste dans lequel l’agent voit la promesse d’une relation amoureuse. Juste la vue de son sourire niais, sur le chemin du retour, suffirait à égayer la journée d’un confiné. Et on ne parle pas du punch final, très réussi.

«Quand je tourne dans un clip musical, j’aime le fait de ne pas jouer mon propre personnage. Je préfère ‘‘acter’’ et cette fois-ci, le gars que j’interprète est un peu imbécile. Il croit que la femme va le rappeler parce que son numéro de téléphone est écrit sur la pancarte, alors que ça n’arrivera jamais», a raconté Dany Placard mardi, à l’occasion d’une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

Jean-Martin Gagnon avait carte blanche pour créer le scénario, une pratique à laquelle l’artiste souscrit depuis longtemps. «Je laisse le monde faire des histoires à partir des chansons et j’ai la même attitude vis-à-vis le graphisme des albums», fait-il remarquer. C’est donc en toute confiance que le Saguenéen s’est dirigé vers les Laurentides, à la mi-décembre. Il était en chemin quand la neige a commencé à tomber sur un sol parfaitement dégagé.

«Le tournage a été effectué pendant deux grosses séances de 13 heures. Le premier jour, ça a été de la job parce qu’il y avait beaucoup de découpage. Le lendemain, par ailleurs, il neigeait en tabarnak et c’était frette. J’ai eu une scène à faire avec plein de prises différentes», se souvient Dany Placard. En examinant le produit fini, cependant, il a réalisé que ses efforts ont été payés de retour.

«J’ai trouvé le clip parfait et quand ils ont ajouté la coloration, il est devenu encore mieux», affirme le chanteur. C’est de bon augure, puisqu’il retrouvera Jean-Martin Gagnon afin d’illustrer un nouvel extrait d’Astronomie (suite). Ce clip sortira en mars, tandis qu’au début de février, les fans découvriront ce qu’a préparé le réalisateur avec la complicité de quelques comédiens, à partir de la pièce Pulperie V2.