Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Pour la première fois de leur carrière, les membres du groupe The Halluci Nation se produiront au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ils sont attendus le 9 juin à 22h, sur le stationnement du Centre Georges-Vézina de Chicoutimi. Notez qu’à compter de 19h, le festival REGARD proposera une sélection de courts métrages en mode ciné-parc.
Pour la première fois de leur carrière, les membres du groupe The Halluci Nation se produiront au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ils sont attendus le 9 juin à 22h, sur le stationnement du Centre Georges-Vézina de Chicoutimi. Notez qu’à compter de 19h, le festival REGARD proposera une sélection de courts métrages en mode ciné-parc.

Première visite dans la région pour The Halluci Nation

Daniel Côté
Daniel Côté
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Pour la première fois de leur carrière, les membres du groupe The Halluci Nation se produiront dans notre région. Invités par les festivals REGARD et Jazz et blues au Saguenay, ils se présenteront sur le stationnement du Centre Georges-Vézina de Chicoutimi, ce soir, le 9 juin, sur le coup de 22h. C’est eux qui fermeront la soirée, dans la foulée du Ciné-Parc Urbain pendant lequel des courts métrages seront projetés à compter de 19h.

« Il s’agira de notre premier spectacle de l’année, puisque la dernière fois que nous avons joué en public remonte à décembre. Comme nous en avons l’habitude, nous profiterons de l’occasion pour proposer de nouvelles choses dans un environnement sonore et visuel extravagant », a raconté Bear Witness, mardi, à la faveur d’une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

Partis d’Ottawa à la fin de l’après-midi, lui et son camarade 2oolman se sentaient d’attaque pour offrir leurs compositions maillant des sons électro et une touche de hip-hop aux airs traditionnels issus des Premières Nations. C’est une formule qui plaît au jeune public depuis une dizaine d’années, tellement que l’auditoire comprend des gens de toutes provenances, un phénomène qui réjouit Bear Witness, sans toutefois qu’il puisse l’expliquer.

« Comme on avait parti cette affaire-là pour les Indiens, on ne s’attendait pas à ce que d’autres communautés soient intéressées, fait-il observer. Je ne sais pas pourquoi il en est ainsi. Pour moi, ça reste un mystère, mais une chose est sûre, il y a plein d’artistes des Premières Nations qui oeuvrent dans différentes disciplines, depuis plusieurs années. Donc, nous ne sommes pas arrivés dans un vacuum. Le changement s’est opéré graduellement. »

Le recours à des pièces traditionnelles aurait pu générer du mauvais sang, comme on le voit dans toutes les régions du monde où on donne un coup de jeune au folklore. Or, ce n’est pas arrivé à The Halluci Nation, ce qui tiendrait, pour une large part, aux échanges auxquels le groupe participe avec d’autres membres des Premières Nations. « Le dialogue s’est opéré spontanément. Certains ne comprennent pas notre musique, mais en perçoivent la valeur», note Bear Witness.

Il ajoute que ces personnes qui ne sont guère portées sur l’électro et le hip-hop comprennent que la démarche de la formation est respectueuse des traditions. « Nous aussi, nous avons grandi là-dedans, chacun à l’intérieur de sa famille. C’est pour cette raison qu’à travers les arrangements, nous essayons de ne pas amener les choses trop loin du point de départ », fait remarquer le DJ.

À propos de la pandémie, enfin, elle a marqué sa plus longue pause à la maison depuis la création du groupe. À défaut de donner des spectacles, lui et son camarade ont composé de la musique pour différents créneaux, notamment les séries télévisées et le cinéma. « Nous avons été chanceux de pouvoir travailler pendant que nous étions confinés. Il y avait des projets à compléter», souligne Bear Witness.

Lui qui, jadis, considérait comme un luxe le fait de préparer le souper pour les membres de sa famille a pris goût à cette vie différente du nomadisme propre aux musiciens. « Ce qui est arrivé va affecter la manière dont le groupe va fonctionner », avance le DJ, qui se sent plus en forme que jamais.