Marianne Tremblay, qui a réalisé cette oeuvre intitulée De l’impossibilité à disparaître, est récipiendaire d’une bourse de 18 000 $, dans le volet Soutien à la mobilité pour les artistes.

Plusieurs nouveaux lauréats

Plusieurs nouveaux lauréats recevront pour la première fois une bourse dans le cadre de l’Entente de partenariat territorial en lien avec la collectivité du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Plus de la moitié des artistes et un des quatre organismes choisis n’avaient jamais reçu de financement.

Pour Gabrielle Desbiens, directrice générale de Culture-Saguenay-Lac-Saint-Jean, les lauréats de la région se démarquent des autres puisque plusieurs reçoivent une bourse du Conseil des arts et lettres du Québec (CALQ) pour la première fois.

Elle est fière de voir qu’on assiste à la professionnalisation des artistes de la région en plus de leur reconnaissance par les institutions. « Ce résultat-là confirme qu’au Saguenay-Lac-Saint-Jean, on est vraiment une région où il est possible, lorsqu’on travaille fort, de vivre la culture », s’est-elle réjouie.

Chaque année, 235 000 $ sont ainsi remis à des organismes et à des artistes de la région. Cette entente, qui est prévue de 2017 à 2020, a été conclue entre le CALQ, les MRC de Lac-Saint-Jean-Est, de Maria-Chapdelaine, du Domaine-du-Roy, du Fjord-du-Saguenay. Dolbeau-Mistassini, Saguenay, le Conseil des arts de Saguenay et Culture Saguenay-Lac-Saint-Jean font également partie de l’entente.

C’est un comité composé de différents professionnels des secteurs artistiques qui ont analysé les projets. Ils ont sélectionné les récipiendaires sur le mérite, la base de l’excellence de leur proposition et sur leur adéquation aux objectifs du programme, nous apprend le communiqué de presse du CALQ.

Les récipiendaires

Trois volets divisent les gagnants de ces bourses. Le premier est dédié à des organismes. « Cette entente-là, c’est vraiment pour des projets, a souligné la directrice générale. Donc, ce n’est pas de l’argent qui va consolider des salaires ou de nouveaux employés. C’est vraiment pour que des organismes réalisent des projets qui vont permettre à des artistes de créer, de travailler et cela va aussi permettre de développer le rayonnement de la culture sur le territoire. »

Dans cette catégorie, ce sont La Coporation du Bedeau — Vieux Couvent de Saint-Prime (pluridisciplinaire), Les Porteurs de musique (musique), Le Lobe (arts visuels), Objectif Scène (arts de la scène) et le Théâtre CRI (théâtre) qui se sont partagé un montant de près de 100 000 $.

La deuxième catégorie est cette fois-ci pour le soutien aux projets d’artistes et d’écrivains professionnels. Quatre récipiendaires ont été choisis. Jean-Pierre Bouchard (musique), Philippe David Gagné (cinéma et vidéo), Henri Normand (cinéma et vidéo) et Nélanne Perron-Racine (arts visuels) ont vu leur projet être retenu et ont amassé ensemble 70 000 $.

Mme Desbiens a expliqué que ce sont des bourses de recherche et de création, c’est-à-dire que les artistes ont déposé des idées de projets qu’ils souhaitaient réaliser et l’argent est prévu pour leur permettre de créer ces œuvres.

Le troisième volet concerne la mobilité. « Ce sont des projets qui permettent la circulation de ce qu’on fait les organismes ou les artistes sur le territoire », a ajouté la directrice générale.

Du côté des artistes, ce sont Véronique Ménard (arts numériques), Guillaume Tremblay (musique) et Marianne Tremblay (arts visuels) qui se sont reçu, ensemble, une somme de 46 000 $.

Un seul organisme a reçu la bourse de mobilité. Il s’agit du Centre Sagamie (arts visuels), à Alma.

+

L'ENTENTE SERA RECONDUITE

L’Entente de partenariat territorial en lien avec la collectivité du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui se terminait en 2020, sera reconduite, a confirmé Gabrielle Desbiens, directrice générale de Culture Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le dernier appel à projets pour l’entente de 2017 à 2020 se fera à l’automne. Par la suite, le Conseil des arts et lettres du Québec devra signer à nouveau les ententes avec les régions participantes et les démarches seraient déjà enclenchées.

Selon Mme Desbiens, le rôle des partenaires est maintenant d’en trouver de nouveaux, afin de gonfler l’enveloppe. « On travaille très fort et le retour qu’on a est positif », a-t-elle confirmé au Progrès, lors d’une entrevue téléphonique. Elle ne pouvait cependant dévoiler à ce moment s’il y en avait de nouveaux. 

Elle rappelle que tout l’argent mis par les partenaires est égalisé par le Conseil des arts et lettres du Québec. Il est ainsi espéré que le montant le plus important possible puisse être amassé en vue de la nouvelle entente qui sera également de trois ans.

Elle devrait être signée officiellement, pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, au printemps 2020.