Contenu commandité
Pleins feux sur <em>La déesse des mouches à feu</em>
Cinéma
Pleins feux sur <em>La déesse des mouches à feu</em>
Partager
Anaïs Barbeau-Lavalette: Sur la corde raide

Cinéma

Anaïs Barbeau-Lavalette: Sur la corde raide

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
La déesse des mouches à feu a beau être une adaptation, il y a beaucoup d’Anaïs Barbeau-Lavalette dedans. Parce que le cadre de ce récit initiatique — les tumultueuses années grunge — est celui de son adolescence où la femme de 41 ans a été, à l’image de son héroïne, sur une vertigineuse corde raide. Le Soleil s’est entretenu avec la réalisatrice de ce long métrage sans compromis et de l’acceptation de son double statut de cinéaste et d’auteure (même si le chapeau de la militante n’est jamais bien loin).

Q Le plancher des vaches, Ma fille n’est pas à vendre, en documentaire, et maintenant La déesse des mouches à feu, en fiction, tes trois derniers films ont en commun l’adolescence. D’où vient cet intérêt?

<em>La déesse des mouches à feu</em> : D’une femme à l’autre

Cinéma

La déesse des mouches à feu : D’une femme à l’autre

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
La déesse des mouches à feu étant largement autobiographique, il était dans l’ordre des choses que le flambeau se soit passé d’une femme à l’autre : écrit par Geneviève Pettersen, scénarisé par Catherine Léger et réalisé par Anaïs Barbeau-Lavalette. Le Soleil s’est entretenu avec les deux premières pour savoir comment le populaire roman s’est transformé en long métrage.

Geneviève Pettersen se réjouit d’abord que long processus ait finalement abouti à quelque chose de concret (ce qui s’avère loin d’être le cas pour plusieurs projets de film). Voir son livre à l’écran, «c’est assez surréaliste et vertigineux». D’autant «qu’il y a une charge émotive qui est différente que si j’avais complètement écrit de la fiction.» L’autrice s’est inspirée de son adolescence rock’n’roll au Saguenay pour ce récit initiatique.

Kelly Dépeault : Vivre le moment présent

Cinéma

Kelly Dépeault : Vivre le moment présent

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Kelly Dépeault joue dans la série L’échappée depuis 2016. L’actrice de 18 ans n’était pas une débutante lorsqu’elle s’est présentée pour un rôle dans La déesse des mouches à feu. Mais elle avait tellement l’impression d’avoir manqué son audition, qu’elle est partie en plein milieu de celle-ci. Anaïs Barbeau-Lavalette, elle, était convaincue d’avoir trouvé sa Catherine. La réalisatrice l’a persuadée de revenir.

Depuis, Kelly Dépeault a accompagné le film au Festival de Berlin et à celui de Québec, où il était présenté jeudi en première nord-américaine. Il en faut plus pour l’impressionner. La jeune femme est plutôt du genre à ne pas trop s’en faire. «Je ne me crée pas d’attente. Le moment présent, c’est la clé!»