Le Joyeux carnaval du Sasquatch déménage cette année près du Pavillon de la montagne.

Plaisir d’hiver et Sasquatch

Le Joyeux carnaval du Sasquatch de Sainte-Rose-du-Nord, dont c’est la cinquième édition, revient en force après une pause d’un an. L’événement déménage ses festivités dans la salle du Pavillon de la montagne, en plein coeur du village.

Le carnaval hivernal espère ainsi donner plus de visibilité aux oeuvres sur glace qui sont créées et avoir plus de place pour accueillir les visiteurs pendant toutes les activités du week-end, en étant au centre de la vie villageoise.

Pour celle qui agit à titre d’organisatrice de l’événement, l’artiste Fanny Tremblay Girard, le but ultime de cette fête de l’hiver demeure le plaisir d’être ensemble. L’objectif est aussi de mettre le travail des créateurs, sculpteurs, musiciens et artistes du cirque à l’avant-plan.

Trois jours de festivités sont au programme.

«On partage une même folie dans notre univers magique et fabuleux», lance-t-elle, quelques jours avant la tenue de l’événement.

Elle attribue l’arrêt en 2018 à un manque de temps et à une propension à se lancer «dans plein de projets». Mais l’amour des amateurs du festival est resté malgré cette pause. Beaucoup de gens s’en étaient ennuyés.

«Il y a beaucoup de gens de Sainte-Rose qui participent au carnaval. On reçoit aussi la visite de beaucoup de monde de l’extérieur», explique la responsable.

Sculptures

Comme par le passé, le Joyeux carnaval du Sasquatch tiendra un symposium de sculptures. Question d’espace, l’accent sera mis sur celles en glace plutôt que sur celles en neige. Il était plus difficile d’avoir accès à de grandes quantités de neige dans ce nouveau lieu.

Parmi les faits saillants du festival, on remarque aussi la venue des Bâtards du Nord, qui seront à Sainte-Rose-du-Nord pour présenter leur dernier album, Racines Nordik. Le groupe, qui puise dans les univers nordiques, scandinaves, celtiques et québécois, sera en spectacle le samedi soir.

Le festival aura lieu du 1er au 3 mars. La programmation complète laisse toute la place aux activités familiales.

Les billets pour accéder aux différents événements payants seront en vente à la porte. «On demande de faire vite pour ceux qui voudraient de l’hébergement. Les places à Sainte-Rose sont quand même limitées», indique Fanny Tremblay Girard lors d’une entrevue téléphonique avec Le Progrès.

Conte

Le Joyeux carnaval du Sasquatch tire son nom d’un conte écrit par celle qui fait carrière sous le pseudonyme de Fanny Fay. L’histoire qui en met en vedette ce personnage mythique à Sainte-Rose-du-Nord, écrite il y a quelques années déjà, continue de changer et progresse au fil des années.

«Le sasquatch, c’est le grand gardien de l’étincelle de l’imagination. Il vient nous rendre visite à chaque festival» lance celle qui a imaginé le personnage.