Éric Lapointe s’est remis juste à temps d’une laryngite qui l’a forcé à annuler deux spectacles.

Pas question pour Éric Lapointe de rater le Saguenay!

Il fallait plus qu’une laryngite pour empêcher Éric Lapointe de monter sur la grande scène du Festival des bières du monde de Saguenay, un événement taillé sur mesure pour le rockeur.

Lapointe, la tête d’affiche de la deuxième soirée de ce rendez-vous qui gagne toujours en popularité, est apparu à 22 h pile, sous les cris de la foule, pour entamer une pièce aux guitares lourdes.

Les admirateurs du chanteur à la voix rauque ont eu une bonne frayeur la semaine dernière quand Éric Lapointe a été forcé d’annuler deux spectacles en raison d’une laryngite causée par une bactérie.

Contraint au silence pour se remettre sur pied, le rockeur a rapidement démontré que tout était rentré dans l’ordre.

Le rockeur ne s’est pas gêné pour frapper sur les cymbales de son batteur.

Il est revenu sur ses ennuis de santé après quelques chansons. « Mon médecin m’avait dit de canceller cette semaine, mais j’ai dit : ‘‘Fuck, je manque pas le Saguenay. C’est chez nous icitte’’ », a raconté Éric Lapointe, flattant ses fans dans le sens du poil.

Celui qui est un habitué du Saguenay-Lac-Saint-Jean a enchaîné les succès les uns après les autres en insérant au travers quelques pièces de son nouvel album Délivrance. Ces nouveautés ont elles aussi reçu un bel accueil.

« Y’a rien qui bat une p’tite fraîche entre amis », a-t-il résumé une bière à la main.

En grande forme
Éric Lapointe, qui trône au sommet des palmarès des ventes d’album rock depuis près de 25 ans, a livré une prestation à la hauteur des attentes de l’immense foule réunie sur la Zone portuaire de Chicoutimi. Y allant avec un gros canon dès la deuxième chanson, Bobépine, tapant sur les cymbales de son batteur, Éric Lapointe a communié avec les milliers des spectateurs venus le voir.

« Je ne suis pas venu chanter pour vous autres, je suis venu chanter avec vous autres », lance-t-il avant de débuter une version a capella de 1500 milles, entonnée avec la foule.

Le chanteur a ensuite alterné avec des ballades plus personnelles et des pièces plus lourdes. Le public conquis était prêt à aller là où il voulait l’amener.

La foule était nombreuse.

Hommage à un géant du rock
Après le succès de la première soirée marquée par les rythmes jamaïcains de Sean Paul, le Festival des bières du monde a connu une deuxième journée fort achalandée qui a débuté avec le groupe Crocodile country rock. Le band a réchauffé la foule avec son répertoire tiré des grandes chansons de Creedence Clearwater Revival, et de quelques classiques du rock and roll. Ces succès, connus de tous, étaient idéals pour faire chanter un public qui ne demandait déjà qu’à participer.

L’hommage au band culte a mis la table pour le concert de Lapointe, en se terminant sur des notes rock. Le quatuor, vêtu de chemises à carreaux rouges et noirs, s’est dit content de jouer « chez lui », Crocodile country rock étant un groupe baieriverain.

Yelo Molo a mis de l’ambiance sur le site du festival à partir de la scène secondaire.

Sur la scène secondaire, le groupe ska-pop Yelo Molo, que l’on a connu grâce à des succès tels Gros zéro ou encore une reprise du thème de l’émission jeunesse Le Petit castor, a fait le plaisir des festivaliers, nombreux, qui profitait de toutes les variétés de bières que l’événement a à offrir.