Cette photographie captée le 23 septembre 2017, lors de la première édition de La Nuit des Choeurs, montre l’ambiance qui régnait à La Pulperie pendant qu’une dizaine de formations se produisaient un peu partout sur le site.

Pas de Nuit des Choeurs cette année

La décision de Saguenay de ne pas financer la deuxième édition de La Nuit des Chœurs, un événement tenu à La Pulperie de Chicoutimi, a obligé le comité organisateur à annuler l’édition 2018. Ayant appris la mauvaise nouvelle en juin, le groupe de bénévoles disposait de trois mois seulement pour trouver de nouvelles sources de financement, un délai cruellement court, surtout en période estivale.

« Nous étions déçus parce que c’est un bel événement et que nous étions riches de l’expérience acquise l’an dernier. Nous devions accueillir une dizaine de formations, dont Les Petits chanteurs de Laval. Nous les avons informées de la situation et confirmé notre désir de remettre cet événement à l’affiche en 2019. Il aura lieu à la fin de septembre, mais cette fois, sur deux soirs au lieu d’un », a mentionné la présidente Claude Tremblay au cours d’une entrevue accordée au Quotidien.

Le retrait de la Ville a fait d’autant plus mal qu’il a retranché 16 000 $ sur un budget totalisant 30 000 $. Ni Saguenay, ni Promotion Saguenay, ni l’arrondissement de Chicoutimi n’ont répondu présent, contrairement à ce qui s’était produit en 2017. Pourtant, la première Nuit des Chœurs avait connu un beau succès, alors qu’une dizaine de chorales avaient chanté à La Pulperie. On avait enregistré 1000 entrées, ce qui comprend les 250 personnes qui avaient poussé la note à cette occasion.

« Il y avait beaucoup d’ambiance, alors que les gens se produisaient au Jardin des Vestiges et ailleurs sur le site. Le public écoutait les chorales en succession, en suivant un plan articulé par l’animateur de la soirée. Il fallait se déplacer, mais même pour les personnes âgées, ça n’avait posé aucun problème. Toutes ont apprécié l’expérience », rapporte Claude Tremblay.

C’est donc avec l’assurance que cet événement est voué à un bel avenir que le comité organisateur a refusé de baisser les bras lorsque la Ville s’est retirée in extremis. Il croit encore en la possibilité d’infléchir sa position, tout en obtenant d’autres appuis. « Ce sera plus facile d’attirer plus de monde et plus de commanditaires en présentant La Nuit des Chœurs sur deux jours », estime en effet la présidente.