Samedi soir, des mannequins ont défilé en portant des messages forts pour la diversité corporelle dans le milieu de la mode.

Panache en mode printanière

Fort du succès de sa cinquième édition, tenue cette semaine, l’événement mode Panache envisage dans les prochaines années de créer une « extension » au printemps, afin que les collections de vêtements estivales puissent aussi être présentées au public saguenéen.

La demande semble assez forte pour réaliser cette idée. Le festival s’est conclu samedi devant une autre salle comble de 300 personnes au hangar de la Zone portuaire de Chicoutimi. En guise de finale, les créations de Markantoine ont été présentées sur la musique de Qualité Motel. En trois jours, près d’un millier de personnes ont participé aux activités proposées. Le thème de la diversité corporelle était à l’honneur.

Les créations de Allcoveredfashion ont notamment été présentées.

« À la fin du défilé de Allcoveredfashion, de la designer québécoise Noémi Harvey, ç’a fait jaser quand les mannequins sont sorties avec des pancartes disant que la mode n’est pas une question de taille. C’est vraiment super de pouvoir porter un message avec l’événement. Les gens ont bien réagi. C’était un beau moment », raconte la coordonnatrice aux opérations du festival, Marie-Kim Bouchard, en entrevue téléphonique.

Celle-ci avoue que la question de l’espace fait partie de la réflexion pour la tenue de la sixième édition en septembre 2019, bien que le hangar soit apprécié pour son style urbain. « On est limités pour le nombre de places, mais c’est un beau problème ! »

Panache a accueilli près d'un millier de personnes en trois jours.

Panache génère de « bonnes retombées » pour la région, estime Marie-Kim Bouchard. Les boutiques sont nombreuses à vouloir participer aux défilés, aux côtés des créateurs de la relève québécoise. « C’est intéressant de montrer les deux côtés. C’est un mélange des deux mondes. Les hommes et les femmes ne s’habillent pas au complet chez les designers, mais ils choisissent un beau morceau et ils mélangent avec du commercial. Les gens d’ici sont fiers, ils s’intéressent à la mode. Ils peuvent retrouver les vêtements présentés directement chez les commerçants locaux ensuite. Ça fait aussi une belle vitrine pour les designers. »