Coiffé de son chapeau de paille, Orloge Simard a réuni bon nombre de spectateurs, samedi soir, à La Baie.

Orloge Simard, le semeur de party

Certaines oreilles ont peut-être été écorchées par les paroles d’Orloge Simard, samedi soir, mais la majorité des spectateurs réunis au Vieux-Théâtre de La Baie savaient à quoi s’attendre.

La formation menée par Olivier Simard était de retour en terre natale, samedi. Un an après y avoir lancé son dernier album Beuvez tousjours, ne mourrez jamais, le cru Orloge Simard était attendu par ses fans au Vieux-Théâtre de La Baie. Et ils sont de plus en plus nombreux, les fans d’Orloge Simard, il faut l’avouer. La salle était bondée et les spectateurs n’avaient qu’une seule envie: chanter les paroles souvent vulgaires et parfois carrément obscènes de l’artiste d’origine baieriveraine.  

C’est qu’il ne faut pas prendre au premier degré tout ce que la formation partage sur scène, avait averti le meneur Olivier Simard, lors d’une entrevue accordée au collègue Daniel Côté, cette semaine. Ses textes crus trahissent le désir du groupe de transgresser les conventions, tout en procédant à une démarche artistique plus subtile qu’on serait porté à imaginer, expliquait le musicien. 

Qu’ils prennent au pied de la lettre ou non les paroles des Golden Shower ou Eurk, un condom!, les fans en redemandent et chantent en coeur avec l’artiste, qui était coiffé de son chapeau de paille. C'est d'ailleurs avec un look inspiré de la statue du semeur qui se dresse à Grande-Baie que la formation s'est présentée sur scène. «Venez célébrer la gloire de notre pays, le Saguenay-Lac-Saint-Jean», nous prévenaient les organisateurs de la soirée, qui promettaient une ambiance digne de la colonisation.   

La première partie était assurée par la formation Mort Rose. 

«C’est chaud, c’est fucking sexy. C’est faire l’amour avec un bon goût de clope dans la gueule. C’est ça, la Mort Rose», annonçait la programmation de la soirée.

Alors qu’Orloge Simard n’est entré en scène que sur le coup de 21h30, le party risquait de se poursuivre encore quelques heures...