François Gaudreault, un chanteur originaire de Saint-Honoré, a lancé son quatrième album samedi dernier.

Nouvel album, nouvelle identité

François Gaudreault, originaire de Saint-Honoré, a lancé son quatrième album samedi dernier dans un restaurant de Québec. Nouveau style, nouvelle identité et nouvelles chansons, le titre Brand new me prend tout son sens. Entrevue avec l’auteur-compositeur-interprète qui en avait long à raconter.

Au lendemain d’une dure rupture, le Saguenéen d’origine prend la décision de s’envoler pour un voyage solo en Asie et se retire dans une retraite de yoga cambodgienne. Inspiré par la quiétude des lieux, les premières notes de Brand New Me prennent forme. « J’avais besoin de retourner à la source, de faire le ménage. On est tellement centré sur le superficiel qu’on en oublie la simplicité. Cet album, c’est un hymne à la liberté et un retour à l’authenticité », témoigne le chanteur au bout du fil.

Un style adulte contemporain inspiré de Bobby Bazini, avec des touches de blues et de folk, c’est ce que promet François Gaudreault. Non seulement l’EP de six chansons, toutes anglophones, lui aura permis de trouver un style qui lui est propre, mais il hérite en prime d’une nouvelle identité d’artiste en prenant le nom de Fransoa.

« Je voyage beaucoup et lorsque je rencontrais des anglophones, je leur disais que je m’appelais Frank. Ils finissaient par connaître mon vrai nom et trouvaient ça super original, mais à l’anglaise, ça sonnait plus comme Fran-soa » rigole l’auteur-compositeur.

Le nouvel album de François Gaudreault s’intitule Brand new me.

Un touche-à-tout
Initié très jeune à l’univers musical avec sa mère au piano et son frère jumeau au chant, il écrit des chansons depuis l’adolescence. Plus tard, il apprend à jouer de la guitare de façon autodidacte. Maintenant, en plus d’écrire, de chanter et de s’accompagner à la guitare, il participe activement à la production et à la réalisation de sa musique, en collaboration avec le studio l’Oreille gauche. « Les gens ont l’impression que pour faire de la musique, il faut être populaire, vendre des tonnes d’albums et faire des “shows” partout. C’est tellement plus que ça ! Pour moi, c’est de faire de la musique tout seul dans mon salon et de triper pareil. »

Artiste dédié à son art, l’homme de 35 ans occupe aussi un emploi à temps plein comme consultant en gestion de projets de développement. «J’ai toujours été un gars aux 1000 passions. Autant j’aime la musique, les voyages ou le sport, autant mon travail me donne la sensation de pouvoir contribuer à améliorer la société. J’adore ça !»

Retour à la maison ?
Celui qui vit à Québec depuis maintenant six ans n’exclut pas la possibilité d’un éventuel retour en région.

« J’aime ma ville et en ce moment, j’ai l’impression de venir de deux endroits en même temps. Le Saguenay, c’est plus familial et si je reviens, ce serait avec ma propre famille. Mais pour l’instant, je suis un célibataire qui aime voyager et Québec me permet davantage ce style de vie. On ne sait jamais, peut-être un jour... » lance-t-il d’un ton songeur.

Pour le moment, aucune date de spectacle n’est prévue dans la région, mais il assure qu’il compte venir se produire devant «son monde» prochainement.