L’auteure saguenéenne Nicole Villeneuve a lancé à la fin du mois d’août L’héritage, le deuxième et dernier tome de sa plus récente série historique Le temps des chagrins. Elle dit avoir hâte de rencontrer à nouveau les lecteurs au Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean à la fin du mois de septembre.

Nicole Villeneuve écrit une troisième série de romans historiques

Quelques bribes d’une histoire familiale ont suffi pour lancer l’auteure saguenéenne Nicole Villeneuve dans la rédaction d’une nouvelle série de romans historiques, Le temps des chagrins, qui prend place au Massachusetts et dont le dernier tome, L’héritage, a été publié récemment.

Le public a visiblement bien accueilli la publication du deuxième tome du Temps des chagrins. Le roman avait atteint en septembre, trois semaines seulement après sa parution à la fin du mois d’août, le 84e rang du palmarès Gaspard de la vente de livres au Québec, a partagé l’auteure, lors d’un entretien avec Le Progrès.

Elle se réjouissait de la nouvelle qu’elle venait d’apprendre par le biais de son éditeur, Les Éditions JCL. Il s’agit d’une nouvelle également rassurante pour l’auteure, qui ne pouvait s’empêcher d’appréhender la réception de son dernier roman auprès du public, qui suit la publication au début de l’année du premier tome intitulé La quête.

« Quand on publie un livre, c’est toujours angoissant. Parce qu’on ne sait pas la réception qu’il va y avoir de la part du lecteur. C’est vraiment des nuits sans dormir, disons ! », confie-t-elle en riant.

Pourtant, Nicole Villeneuve a déjà fait ses preuves auprès du lectorat. L’auteure originaire de Sainte-Jeanne-d’Arc, et qui demeure aujourd’hui à Chicoutimi, avait reçu en 2016 le prix des Lecteurs lors du Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Le dernier tome de la trilogie Graziella lui avait valu ce prix remis au livre le plus populaire dans les librairies et bibliothèques publiques de la région.

De la région aux États-Unis

Après la publication de deux trilogies historiques, dont l’action se déroulait au Saguenay–Lac-Saint-Jean, avec Effusions aux Éditions Vivat, puis Graziella chez JCL, Nicole Villeneuve a choisi de camper l’action de ses deux derniers romans à Lowell et ses environs, au Massachusetts. Le contexte ouvrier des manufactures textiles, à la fin du 19e siècle, et l’exode massif des Canadiens français des États-Unis constituent la trame de fond du Temps des chagrins.

L’héritage propose la suite de l’histoire d’Adeline Murray, une ouvrière entrée au couvent après être tombée amoureuse de son patron. On la retrouve comme gouvernante d’un riche banquier, alors qu’elle a quitté le couvent, et que la présence de son ancien patron revient la hanter dans ce second et dernier tome.

L’Exode des Canadiens français

Nicole Villeneuve a imaginé l’histoire d’Adeline après s’être fait raconter quelques lointains souvenirs familiaux, par le biais de son frère.

L’histoire trouve sa source dans les liens de la famille de son grand-père Villeneuve, qui avait choisi comme des milliers d’autres familles canadiennes-françaises de l’époque de s’établir aux États-Unis. Un déménagement qui a cependant été temporaire pour la famille Villeneuve, avant un retour au Québec.

« Je ne sais pas l’histoire exacte. Je crois que c’était des cousins de la famille de mon grand-père. Il y avait une jeune fille dans cette famille-là qui travaillait dans le textile, puis elle était tombée amoureuse d’un Anglais. L’amour était réciproque, ils se sont mariés et un drame est survenu », raconte Mme Villeneuve.

L’ancienne enseignante et directrice d’école prend d’ailleurs le soin de partager dans ses romans plusieurs informations sur le contexte économique et social de l’époque, elle qui s’est découvert une passion pour la recherche et l’histoire.