L’artiste a neutralisé des fusils avec du plastique.

Neutraliser la violence avec des déchets

Il n’y a pas de hasard dans la vie. Pendant qu’un homme ouvrait le feu à Strasbourg, dans le marché de Noël, faisant cinq morts, un artiste provenant de la même ville française exposait des armes à feu neutralisées grâce à des déchets à Langage Plus, à Alma.

Cette exposition a été conçue dans le cadre des résidences croisées entre l’Alsace et le Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui existent depuis 15 ans. Elles permettent à un artiste de la région d’aller faire une résidence de création en France pendant qu’un artiste d’Europe vient travailler durant deux mois à Alma.

Ikheon Park expose les déchets qu’il a produits pendant ses deux mois de résidence.

Pour encore quelques jours, le créateur français d’origine coréenne Ikheon Park occupe deux salles de la galerie almatoise dans une exposition qui rappelle tristement l’actualité.

Pendant sa résidence, Park a élaboré une installation dans laquelle le public est invité à participer et qui se nomme Bing ! Bang ! Plouf !

L’artiste invite le public à déposer des déchats dans des moules d’armes à feu.

L’artiste y met en opposition les deux moitiés du concept de développement durable qui, selon le Strasbourgeois, sont incompatibles et se neutralisent.

Neutraliser

Selon les recherches, la grande majorité du plastique que l’on dépose au recyclage n’est pas récupéré, mais finit dans les sites d’enfouissement.

Un marché d’armes à feu de seconde main a inspiré l’artiste.

Avec cela en tête, il a exploré l’idée de neutraliser des fusils en redonnant une nouvelle utilité à ce matériel qui est jeté. En créant sa propre technique de thermoformage, à la suite de quelques essais, il a fabriqué différents moules d’armes à feu tronquées de plusieurs grandeurs.

Ikheon Park, qui a fait son service militaire obligatoire en Corée du Sud, demande aux visiteurs d’y déposer leurs déchets, pour anéantir ces objets qui donnent un pouvoir de mort sur les autres.

Une fusil tronqué, d’Ikheon Park.

Dans une deuxième salle, à côté des présentoirs à fusils, le public est invité à compléter un dessin d’arme dans l’optique de la rendre inutilisable.

Au sol se trouve une montagne de rebuts de plastique accumulés pendant les deux mois de résidence de l’artiste. « Ça nous mets face à notre consommation », estime la directrice artistique de Langage plus, Mariane Tremblay.

« Ce n’est pas tant une critique qu’il voulait faire. C’est plutôt un constat, de mettre ces choses sous notre regard. Pour que nous même on fasse notre cheminement », précise-t-elle, avant d’ajouter que le projet d’Ikheon Park touche beaucoup les visiteurs.

Bing ! Bang ! Plouf ! est présenté jusqu’au 20 janvier.