Nancy Gagnon est fière de présenter son premier roman, une histoire destinée au jeune public. Il a pour titre Mavrick Bergeron et les trous noirs sans fond et sera lancé le 4 mai, à la bibliothèque municipale de Chicoutimi.

Nancy Gagnon, de médium à auteure

Nancy Gagnon a longtemps attendu ce moment. La sortie en librairie du livre jeunesse Mavrick Bergeron et les trous noirs sans fond, le 10 avril, constituera l’aboutissement d’un projet dont l’origine remonte à 2016. C’est à ce moment que l’auteure originaire de Saint-Fulgence a commencé à plancher sur cette aventure qui comporte une part de fantastique, celle d’un garçon de 12 ans dont l’extrême sensibilité le plonge dans le monde galactique.

«C’était mon rêve de créer des histoires comme celle-ci. Ça me satisfait davantage que mes activités passées en tant que médium, qui étaient devenues routinières. Dans ce contexte, on se contente d’écouter, puis de répéter. Je trouvais que j’avais fait le tour, alors qu’en écrivant, je m’épanouis vraiment», a-t-elle raconté il y a quelques jours, lors d’une entrevue accordée au Progrès.

Avant de publier Mavrick Bergeron, Béliveau Éditeur a sorti Journal d’une médium, l’année dernière. L’occasion était belle de décrire le cheminement de la jeune femme au sein d’une discipline qui demeure controversée. Comme son héros, Nancy Gagnon affirme que sa grande sensibilité l’a bien servie. Aujourd’hui encore, on lui demande de communiquer avec des proches qui sont décédés. Elle le fait moins souvent, toutefois, préférant se consacrer à l’écriture.

«Le Journal d’une médium a suscité de l’intérêt partout au Québec, y compris chez les jeunes. J’ai donné plein d’entrevues à ce sujet, mais j’ai hâte de présenter mon nouveau livre. J’invite d’ailleurs les gens à assister au lancement qui aura lieu le 4 mai, de 13h à 15h, à la bibliothèque municipale de Chicoutimi. Il y aura des tirages, des surprises», laisse entrevoir l’auteure.

Une leçon de vie

Dans Mavrick Bergeron, on voit l’élève de 6e année ramener de mauvaises notes à la maison. Il a de la misère en français et sa mère lance une boutade pour le secouer: «Arrive-moi plus avec des résultats de même, sinon tu seras aspiré par un trou noir». Son beau-père, lui, emprunte à la même thématique, mais pour une raison différente. «Il dit que tous les objets dans la maison sont aspirés par un trou noir», indique Nancy Gagnon.

C’est après un conflit avec sa mère que Mavrick est téléporté dans un monde galactique. Deux extra-terrestres, le robot A-10 et la jolie Daly, qui lui tombe vite dans l’oeil, le prennent sous leur aile. Ils l’incitent à corriger sa faute vis-à-vis l’auteure de ses jours, et de se soumettre à différentes épreuves. C’est de cette manière que l’adolescent pourra retourner chez lui, ce qui ne mettra pas le point final à son aventure.

«La seule personne à qui il se confie, son ami Travis, l’aide à mieux comprendre le phénomène des trous noirs et à empêcher les téléportations comme celle qu’il a vécue. Mavrick commettra d’autres erreurs, ce qui le ramènera dans le monde galactique, mais il est animé par de belles valeurs qui lui permettront de s’en sortir. Sa personnalité évolue. Au lieu de se mettre en colère, il se sert de l’humour pour communiquer avec les autres et faire en sorte que ça aille mieux pour lui», décrit l’auteure.

Elle précise que le livre, qui fait 380 pages, renferme des illustrations créées par Annou Théberge. Il s’adresse aux jeunes de 10 à 12 ans et leur montre, sur un mode léger, qu’ils doivent demeurer fidèles à eux-mêmes. «Je veux qu’ils soient plus alertes vis-à-vis leur sensibilité, plus touchés par leurs émotions. Ça aide juste d’en prendre conscience», estime Nancy Gagnon, qui a déjà écrit un deuxième tome. Sauf imprévu, il sortira à l’automne.