Le groupe Gras Trance fera partie de la première édition du Soda Fest, un événement tenu les 3 et 4 février, à Chicoutimi.

Naissance d'un festival rock à Chicoutimi, le Soda Fest

Un nouvel événement verra le jour à Chicoutimi, les 3 et 4 février. Baptisé le Soda Fest, il offrira l'occasion de vivre deux soirées où le rock aura droit de cité, parfois en français et parfois sous des accents punk. Pour faire le plein de décibels, les amateurs n'auront qu'à se rendre au centre d'artistes Le Lobe, dont les portes seront ouvertes à compter de 19h30.
«Il y aura du punk, du stoner et du rock. Nous essayons de combler la demande qui existe dans la région, à un moment où se manifeste une vague skater et snowboard. La salle peut accueillir 200 personnes et notre objectif est de remplir deux fois», a précisé l'un des organisateurs, Alexandre Bédard, au cours d'une entrevue accordée au journal.
Coordonnateur de La Plug Productions, une boîte établie au Saguenay, il raconte que le nouveau festival, qu'on souhaite ramener chaque hiver, est né d'un heureux hasard. Un producteur montréalais lui ayant offert de présenter trois de ses poulains dans la région, soit les groupes Hazytones, Machines Géantes et Ponctuation, l'idée de bâtir une jolie fin de semaine à partir de leurs musiques a pris forme dans son esprit.
C'est d'ailleurs dans cet ordre qu'ils défileront au Lobe le 3 février, à compter de 20h30. Quant à la deuxième soirée, qui suivra les mêmes modalités, elle réunira trois groupes d'ici, tous porteurs de textes écrits en français. Ainsi pourra-t-on découvrir les compositions punk de Marie Brings The Shit, ainsi que le rock de ShishTaouk et de Gras Trance.
«Nous bâtirons également un pont entre le Saguenay et Montréal, puisque Gras Trance va se produire au Club Soda le 10 février. Il est rare qu'une formation de chez nous dispose d'une telle vitrine dans la Métropole. Ce soir-là, il pourrait y avoir des centaines de personnes dans la salle», fait observer le coordonnateur de La Plug Productions.
Signalant que les revenus tirés du Soda Fest aideront à financer un autre bébé de cette organisation, le Grand Tintamarre de Tadoussac (la cinquième édition aura lieu au début de juin), il invite les gens à se procurer un passeport pour les deux soirs, au coût de 25 $. Il y aura aussi des billets à l'unité, vendus à la porte du Lobe (le prix sera de 15 $).
Enfin, Alexandre Bédard révèle qu'un volet extérieur se déroulera dans l'après-midi du 4 février, au Bar à Pitons. «Il y aura un feu, ainsi que de la bière. En plus, des modules seront installés sur le site afin de présenter un snowjam», indique le promoteur.